Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Et après [S]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Et après [S]   Lun 29 Sep - 18:26

A la demande de notre très chère Dystopies Elliptiques, je me vois inaugurer cette catégorie avec un dialogue amoureux ultra cheesy (d'ailleurs, j'ai eu l'idée d'en écrire un autre bientôt *0* )


Clément et Sofia sont attablés dans un restaurant délabré. Ils sont les seuls clients présents. On peut voir un comptoir poussiéreux mais pas de barman. Des toiles d'araignées sont présentes partout. Au fond, un vieux juke-box qui semble muet depuis des années.


Sofia : Alors... il n'y a personne d'autre ? Seulement nous deux ?


Clément : Oui. (après une courte hésitation il ajoute, avec amertume : ) Comme avant.


Sofia le regarde d'un air pincé, légèrement sévère.


Clément : Je veux dire... Tu croyais vraiment que quelqu'un d'autre allait venir ? Cet endroit est maudit.


Sofia : Alors pourquoi m'y as-tu invitée ?


Clément : Tu ne te souviens pas ?


Sofia secoue la tête.


Clément : Alors pourquoi es-tu venue ?


Sofia ne répond pas. Elle fixe un menu aux couleurs passées.


Clément : Tu étais assise exactement à cet endroit. Moi j'étais plus loin, à côté du juke-box. Quelqu'un avait mis cette chanson de Bob Dylan, tu sais ? Et puis tu as commandé un thé à la menthe. Et là...


Sofia : Tais-toi ! Tais-toi, je ne me souviens pas, je ne veux pas me souvenir !


Clément : Alors pourquoi es-tu venue ?


Sofia : Parce que si je ne l'avais pas fait, tu m'aurais harcelée jusqu'à ce que je cède.


Clément : Et tu n'aurais pas cédé.


Sofia : Mais je suis venue.


Un long moment de silence.


Clément : Et lui, il en dit quoi ?


Sofia : Oh, lui... Il n'a pas vraiment compris pourquoi je voulais te voir. Mais il veut que je me sente libre d'agir selon mon envie. Il ne veut que mon bonheur.


Clément : Moi aussi.


Sofia le regarde avec gravité. Gêné, Clément détourne le regard. Au bout d'un certain temps il reporte ses yeux sur Sofia.


Clément : Tu as admis que tu voulais me voir ?


Sofia : Je n'ai pas dit ça.


Clément : Si tu l'as dit.


Sofia : Ce n'était qu'une façon de parler.


Un nouveau silence gêné.


Clément (brutalement) : Est-ce qu'il t'offre des fleurs ?


Sofia (gênée) : Écoute, ce n'est pas important...


Clément (avec colère) : Réponds ! Est-ce qu'il t'offre des fleurs ?


Sofia ouvre la bouche pour répondre mais Clément ne lui en laisse pas le temps :


Clément : Non, ne dis rien ! Je suis sûr qu'il t'offre des roses. Des roses rouges. Tous les jours. Il t'offre des roses rouges pour que tu saches que son amour pour toi sera éternel. Et toi tu les acceptes, tu les humes, tu le remercies. Ensuite, peut-être que tu déposes un baiser sur ses lèvres... Il te dit qu'il les trouve douces et qu'elles ont goût de caramel. Et toi tu...


Sofia (l'interrompant) : Clément... arrête de te faire du mal.


Clément (avec colère) : Je ne me fais pas du mal, tout le mal que je ressens il vient de toi, seulement de toi !


Sofia reste un moment abasourdie. Elle finit par reprendre ses esprits.


Sofia (se levant) : Ça n'a pas de sens tout ça...


Clément : Non. (un temps) Tu crois qu'il marche toujours ?


Sofia : Quoi ?


Clément : Le juke-box... Tu crois qu'il marche toujours ?


Sofia (se rasseyant) : Et quand bien même il marcherait... Tu crois vraiment que ça voudra dire que tout pourra fonctionner comme avant ?


Clément : On peut toujours réparer, revenir en arrière... Toutes ces histoires de point de non retour c'est que des conneries !


Sofia : Clément... Maintenant je vis avec Fabien. Et Olivia.


Clément ne répond pas. Il détourne la tête comme pour ne pas affronter en face les paroles de Sofia.


Sofia : Si tu avais pu le voir le jour où elle est née ! Il riait et il répétait : «  Je suis papa ! Je suis papa ! ».


Clément ne dit toujours rien. Sofia le regarde avec pitié.


Sofia : C'est ma famille. Je ne les abandonnerai pas, jamais. Même pas pour réparer un vieux juke-box cassé.


Clément : Alors qui va me réparer ?


Sofia : Je ne sais pas. Mais pas moi.


Silence.


Clément : Vous faites souvent l'amour ?


Sofia : Je n'ai pas à te parler de ça.


Clément : C'est bon, tu crois vraiment que je ne sais pas ce qu'il y a sous ton déguisement de petite fille sage ? Je connais par cœur ton corps. Je connais par cœur ses pièges, sa traîtrise et sa cruauté. Je te connais par cœur. Vous faites souvent l'amour ?


Sofia : Si tu veux savoir par rapport à avant c'est...


Clément (l'interrompant) : Par rapport à avant... Pourquoi t'as besoin de gants, pourquoi tu dis pas « par rapport à toi » tout simplement ? Et puis vu ta tête je sais. Il est nul, complètement nul et ça te manque nos nuits à nous, nos nuits de tarés à baiser comme des fous, ça te manque et tu n'attends que ça, mais tu as un bébé et une vie structurée et tu as peur de perdre tout ça alors tu ne veux pas l'admettre et...


Sofia : Ne m'adresse plus jamais la parole.


Clément : Tu as peur et tu me repousses. Tu as peur de moi. Ou plutôt non, tu crois avoir peur de moi. Mais en fait tu as juste peur de la vérité. Je ne suis que l'instrument de la vérité. Tu ne l'aimes pas. Tu aimes seulement la sécurité qu'il te procure. Tu as besoin de te rassurer mais tu te mens à toi-même.


Sofia : Je n'ai pas peur de toi. C'est toi le seul menteur ici. Tu mens comme tu respires, tu ne sais rien. Tu parles pour te rassurer toi, pour te dire que je ne t'ai pas quitté parce que je ne t'aimais pas mais parce que j'étais d'une cruauté absolue.


Clément (désarçonné) : Tu ne m'aimes... pas ?


Sofia : Je te l'ai dit mais tu n'as pas écouté. Tu étais trop occupé à me haïr pour admettre que ton amour t'aveuglait.


Clément : Je ne t'ai jamais haïe. Je ne peux pas. Je t'aime, tu ne comprends pas ? Je t'aime d'un amour absolu que lui ne pourra jamais te donner, je pourrais mourir pour toi, je pourrais tuer pour toi... Tu ne peux pas ne pas m'aimer si moi je t'aime à ce point. C'est impossible.


Sofia : Passé un certain point, on n'appelle plus ça de l'amour mais de la folie. Ce que tu ressens pour moi est malsain. Je ne peux pas vivre avec... ce débordement de sentiments.


Clément : C'est mon amour qui te fait peur ?


Sofia : C'est ta folie.


Clément : Alors... ça signifie que je dois te laisser partir ?


Sofia : Oui.


Clément : Alors va. Je ne te retiendrai pas.


Sofia se lève et quitte définitivement la scène. Clément la regarde s'éloigner. Au moment où Sofia est définitivement hors de vue, le juke-box implose (je suis dans ma pièce de théâtre, je fais ce que je veux !). Hébété, Clément s'approche lentement des débris de l'appareil, puis il se couche parmi eux. Rideau.

 
Dystopies Elliptiques

avatar

Baleine Impériale
Messages : 273
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : sur son piano
MessageSujet: Re: Et après [S]   Lun 29 Sep - 18:32

J'aime le jukebox. J'aime la métaphore. J'aime le cheesy. On s'en fout du reste.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Et après [S]   Sam 4 Oct - 17:07

J'ai écrit ce truc pour le jukebox et pour Bob Dylan ^^
Le cheesy me fait honte
Mais je vais recommencer quand même parce que je suis d'humeur cheesy quand j'ai un idéal qui me pince l'oreille :') (cherchez pas, c'est une tradition ^^)

 
Symph'

avatar


Féminin Messages : 42
Date d'inscription : 11/06/2016
Age : 20
http://undecidedbird.tumblr.com/
MessageSujet: Re: Et après [S]   Dim 12 Juin - 13:37

:oh du théâtre:
J'ai pris plaisir à te lire, puis j'aime toujours lire ce genre de chose donc bon ! :ahem: J'aime beaucoup l'ambiance que tu as installé, autant pour la scène qu'avec les réactions des personnages, en réel ça doit donner une certaine valeur et une sensation de vide qui imprègne les personnes spectatrices, comme voulue dès le départ. C'est une réalité et c'est cru, on pourrait presque croire que ça vient d'un roman ou juste d'un moment vécu,

 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Et après [S]   Dim 12 Juin - 14:52

Oh, quel honneur, ceci est le premier texte commenté par la nouvelle *.*
Merci d'avoir déterré ce petit machin, et puis pour ton commentaire adorable :3
Au plaisir de te commenter à mon tour et de te recroiser sur le forum ~

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et après [S]   

 
 

Et après [S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouvelle : Le bonheur est dans l'après
» après moult essais, CR ne trouve pas les repères
» Réapparition mystérieuse 20 ans après le naufrage
» Merci de signer ici après avoir lu le règlement, quel est le plus de ce forum et constitution en association !
» Portrait dessin d'après photo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Scènes de Théâtre-