Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Romeo and Juliet [S]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1337
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Romeo and Juliet [S]   Lun 6 Oct - 20:43

This is cheeeeeesy time !



C'était écrit, Juliette. Depuis le début. C'était écrit. Les dés étaient pipés, les cartes truquées, l'urne bourrée de petits papiers sur lesquels il était inscrit « Qu'ils meurent » à l'encre noire. Depuis le début. On savait qu'on allait s'aimer à en mourir, qu'on allait mourir de s'être aimés. C'était écrit. C'était écrit, Juliette.

Quand on est amoureux, on voit le destin comme un pauvre ballon de baudruche qui s'essouffle. On se sent de taille à traverser le Styx à la nage, à décrocher la lune et arracher le ciel, à creuser un précipice avec les ongles puis à y sauter en riant.
On raconte toutes sortes d'histoires sur le battement de cœur qui manque, le sourire idiot et les mots qui se dérobent. Eh bien tout ça c'est vrai. J'étais le premier à ricaner de ces fables stupides et de ces amourettes enfiévrées. Et j'ai été le premier à y plonger la tête la première.
Il m'arrivait certains matins de me lever et de penser « Juliette » en boucle dans ma tête, comme une chanson qui ne voulait pas s'arrêter ou céder sa place à une autre. Je me souvenais vaguement que c'était exactement comme cela que devait commencer la fin. Mais si c'était cela mourir, alors c'était la plus délicieuse des expériences que j'avais jamais vécues.

Je chantais tout cela sous ton balcon, je chantais jusqu'à ce que ma voix me devienne étrangère et que j'aie l'impression que c'était un autre moi qui laissait couler les mots hors de sa bouche dans cette sérénade absurde.
Je chantais, je chantais et toi tu écoutais, tu écoutais comme si tu ne savais pas ce qui nous attendait. Je crois que tu ne comprenais pas. Tu riais et me demandais de monter. Je te regardais d'en bas avec mon sourire triste de corbeau déplumé et tu me traitais d'idiot parce que je ne me laissais pas aller à notre amour passionné de jeunes écervelés.
J'avais peur , Juliette. Tellement peur d'oublier l'épilogue qui nous empêcherait de saluer notre public à la fin du dernier acte. Je ne voulais pas m'en souvenir non plus. Je voulais tout abandonner dans tes bras et fuir la raison.

Alors je me suis perdu Juliette. Je me suis perdu dans ton corps. Je me suis jeté avec passion dans l'impossible. L'impossible, c'était bon pour gêner les autres, pas nous. Nous on s'aimait trop pour se laisser arrêter par un obstacle aussi ridicule que l'impossible.
On changerait les paroles de cette chanson qui déprimait tout le monde. On réécrirait notre tragédie. On s'enfuirait, on s'enfuirait dans un endroit très loin, un endroit pour nous, un endroit hors du temps où on serait ensemble pour toujours et où même la mort ne pourrait nous retrouver.
Je murmurais ces mots dans le creux de ton cou, je te dévorais de baisers en espérant que la fièvre de ces instants serait l'ultime vainqueur, que nous étions en train de déjouer le destin et non de le laisser nous enfermer.
Nous faisions l'amour et je n'avais plus peur. Nous faisions l'amour et j'oubliais, j'oubliais les dés, les cartes, l'urne et l'encre noire. Nous faisions l'amour et... tu pleurais.

Pauvre Juliette. Enfin tu t'étais souvenue de ce que j'avais mis si longtemps à oublier. Tu te souvenais de la malédiction qui pesait sur nous et allait bientôt s'abattre. Tu attendais l'aube et je répétais en souriant qu'elle ne viendrait jamais, que nous étions plus forts que le temps, plus forts que le destin, plus forts que la mort.
Mais l'aube est arrivée et sa lumière nous a recouverts tel un voile mortuaire. Qui peut donc être assez stupide pour douter que demain le soleil se lèvera à l'est ? J'y croyais tellement Juliette, je croyais tellement qu'on pourrait changer le cours des astres... Parce que c'est vrai Juliette, à quoi sert l'amour s'il ne peut même pas changer le monde ?

Et aujourd'hui j'ai les doigts dans ton sang et je sais que l'histoire touche à sa fin. Je sais que depuis le début je devais mourir comme un con de t'avoir trop aimée. J'avais oublié la chanson, celle du film, tu sais ? Ce film qui se termine par nos cadavres enlacés.
Est-ce qu'on s'est trompés de temps, trompés de lieu, trompés de nous ? Est-ce que sous un autre balcon, à une autre époque, d'autres nous sont heureux et le seront toujours ? Est-ce qu'on aurait pu dans d'autres circonstances être autre chose que des amants maudits ?
Je peux presque sentir ton cœur revenir de la mort comme pour me dire de renoncer à me planter ce couteau dans le mien. Je l'entends qui hurle que ce n'est pas la fin, que l'on peut encore changer notre histoire. Que nous pouvons encore être heureux si j'attends...
Mais cette fin Juliette, cette fin c'est ce qui donne à notre tragédie sa raison d'être, ce qui change notre simple passion en une histoire unique, et ce qui nous fera vivre à jamais dans le cœur des gens. Cette fin c'est ce qui donnera à notre amour l'éternité.
L'éternité Juliette...
Tu te réveilles et je m'endors...
Je ferme les yeux et je vois les tiens briller...
Tu pleures Juliette...
Pourquoi tu pleures ?
On a l'éternité.

L'éternité Juliette...



Dernière édition par Meredith Epiolari le Dim 5 Juil - 14:19, édité 1 fois
 
Dystopies Elliptiques

avatar

Baleine Impériale
Messages : 273
Date d'inscription : 06/08/2014
Localisation : sur son piano
MessageSujet: Re: Romeo and Juliet [S]   Dim 12 Oct - 18:03

C'est trèèèèès beau.
C'est siiiiii beau.
Que j'en ai eu des frissons.
Le long du dos, et de la colonne.
Et puis j'aime le lyrisme et le romantisme des fois.
Aujourd'hui plus qu'hier.
Allez savoir pourquoi.
La fatalité, le alea jacta est, l'injustice du sort.
Ça fait redoubler les frissons le long du dos.
Ça te donne la trouille parce que tu te demandes si ça va pas t'arriver un jour ?
Et puis ça a cette odeur repoussante, répulsive, l'odeur de la frustration.
D'un certain côté, je trouve que le texte suinte la frustration.
Le dépit.
Les mots sont beaux, les sons aussi.
Une jolie mélodie toute douce.
Puis c'est raccord avec the Killers même si c'est très ironique. Surtout sur le refrain. Ouep, il est joli le refrain.
Ça a beau être très narratif, ça reste pour autant poétique..
 Bref.
Mon commentaire est tout pourri.
Mais j'ai pas envie de quoter le texte parce que y a trop de choses jolies et raffinées (plus ou moins bien sûr) à quoter et que mon index est flemmard ce soir. Bon, un peu moins qu'hier soir déjà. C'est du progrès.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1337
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Romeo and Juliet [S]   Dim 12 Oct - 18:45

Tu fais exprès de faire des commentaires qui sont limite plus beaux que mes textes ? xD

Je suis toujours surprise que tu aimes ce genre de choses parce que c'est tellement cliché et parce que... parce que ce n'est pas ce que tu écris sûrement ^^

Je crois pas que ça t'arrivera, tu peux être rassurée là-dessus Wink

Est-ce que c'est moi ou est-ce que la frustration est un sentiment récurent dans mes textes ? O.o
En tout cas, ta flemmardise me frustre, j'aurais voulu savoir ce que tu trouvais joli et raffiné dans ce morceau de camembert xD

J'étais contente de l'ironie qui se dégageait du truc, c'est... du Rimi :')
Mais bon, la chanson est dix-mille fois plus belle ^^

Ton commentaire est pas pourri, il m'a fait super plaisir, merciiiiiiiiiii

 
ARK

avatar


Masculin Messages : 78
Date d'inscription : 15/08/2014
http://ark-romans.blogspot.fr/
MessageSujet: Re: Romeo and Juliet [S]   Dim 2 Nov - 19:22

Très joli et poétique.

Par contre, tu joues beaucoup sur la répétition pour appuyer et donner de la force au texte, mais attention. Attention à ton texte. Texte qui pourrait grandement perdre de sa force. Texte qui pourrait grandement faire perdre au lecteur son attention. Attention maintenant captée par cette réponse foireuse. Foireuse jusqu'au bout de la nuit. Nuisant ou pas à ce que j'essaie de te dire? Attention.

Bref, comprenne qui pourra! ^^
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1337
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Romeo and Juliet [S]   Dim 2 Nov - 22:17

Ah ah, merci ARK, ta réponse en exemple a été plus convaincante que tous les arguments du monde xD
Je sais, la répétition c'est mon truc, j'en use et j'en abuse à toutes les sauces :')
Je ferai un effort là-dessus dans mes prochains textes Smile

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Romeo and Juliet [S]   

 
 

Romeo and Juliet [S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ANIME] Romeo x Juliet
» Romeo x Juliet [Série]
» Romeo x Juliet
» Romeo x Juliet
» Générique japonais ROMEO X JULIET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos fanfictions :: Pièces de Théâtre & Comédies Musicales-