Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Le chant du Tam-tam [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 324
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Le chant du Tam-tam [P]   Dim 26 Oct - 14:41

/!\ Pour pouvoir participer, il faut approuver et signer ici puis continuer dans ce sujet (auquel vous aurez accès une fois rajouté au groupe Stypi) /!\





Boum.
Un bruit. Si ténu... Je tente de m'y raccrocher. Il s'échappe. Et les ténèbres me happent, encore... Encore... Encore... Mes doigts glissent. Je suis accrochée à un pont, et le vide... Le vide m'attire... le vide m'aspire... le vide...
Boum.
Le pont disparaît. Non, ne te rendors pas! Mais même l'écho s'évanouit peu à peu... Les ténèbres... Non...
Boum.
Reste là. Reste là. Ouvre les yeux. Allez... Tiens bon...
Boum.
Écoute. Écoute, il est de plus en plus fort.
Boum.
Laisse-toi prendre
Boum.
par le chant
Boum.
du Tam-tam
Boum.

Boum.

Boum.

Boum.

Boum.

Boum.
Et il revient.
Boum.
Aussi court
Boum.
Aussi bref
Boum Boum.
Et aussi percutant que la vérité
Boum.
Sur ton front.
Boum.
Hypnotisée tu restes à l'écouter
Boum.
Dans la douleur du battement lourd, soulevée d'apeurement, entraînée par le rythme qui te perd
Boum.
Qui te perd
Boum.
Qui te perd
Boum.
Et qui te prend.


Ça... picote ?
Non. Non, ça brûle. Ça enflamme les veines.
Boum.
C'est si fort, c'est si... grand. Ça donne presque le vertige, ou l'ivresse. C'est... c'est un étrange mélange. Douleur. Joie. Espoir. Désillusions. Tristesse. Peine. Bonheur. Remous, tempête. Calme plat.
Boum.
Les rafales d'hésitations, les vagues d'espoir qui te secouent de haut en bas, les voiles d'espérances qui se déchirent, l'obstination toujours...
Boum.
Et la coque de noix ballottée dans les flots.
Boum.
Y a-t-il vraiment un mot pour tout décrire ?
Boum.
Les nuits de doutes, les jours de deuil, les larmes de joie, celles de douleurs, le vide près du cœur et la chaleur des autres...
Boum.
N'est-ce pas un crime de vouloir enfermer tout ça derrière de simples lettres, de vulgaires traits ?
Le soleil qui danse sur les vagues, le vent qui fait claquer les habits, la pluie qui tambourine et se mêle au tam-tam, la neige qui immobilise l'impatience...
Boum.
Trois lettres.
Trois lettres pour enfermer l'insaisissable.
Trois lettres...
Boum.
Vie.


Alors c'est ça que tu ressens, c'est ça que tu attends...
Je ne comprends pas, je n'essaie plus, je crois qu'il n'y a simplement rien à comprendre...
J'ai relu 57 fois ce mot, ces trois lettres sans comprendre...
Vie ? Quelle idée absurde...
Et pourtant c'est comme ça, ça recommence...
Boum.
Non, c'est différent...
Boum.
Toujours différent et au fond toujours pareil, ce sont les même sourires,
Boum.
les mêmes peurs,
Boum
les mêmes frissons là où...
Boum.
… peut-on frissonner ici ?
Boum. Boum.
Le même Tam tam surtout.
Boum.
J'ai peur...
Boum.
J'ai juste besoin de... Ce que je veux c'est... J'ai chaud, j'ai froid, je ne sais plus, j'ai oublié...
Boum.
Aujourd'hui je me sens... comme de vulgaires traits.
Boum.

Boum.
Alors j'ouvre les yeux.
Boum.
La fraîcheur d'une goutte sur ma joue me fait frissonner.
Boum.
Où suis-je ?
Boum.
Couchée dans la boue.
Boum.
Autour de moi les trains passent, et je n'arrive pas à les rattraper.
Boum.
Autour de moi les gens s'agitent, et je n'arrive pas à les suivre.
Boum.
Autour de moi les gens pleurent, et je n'arrive pas à les consoler.
Boum.
Autour de moi les gens rient, et je n'arrive pas à les rejoindre.
Boum.
Autour de moi, la vie court...
Boum.
Et moi je reste couchée dans la boue.
Boum.

Boum.
Etendue à terre, mise KO par la vie.
Boum

Boum.

Boum.

Boum.
Je devrais me lever...
Boum.
Courir moi aussi, faire semblant...
Boum.
En espérant finir par vivre.
Boum.

Boum.
Mais...
Boum.

Boum.
Je suis tellement fatiguée.
Boum.

Boum.
Hors de la fange, et si c'était vert ?
Boum.
Je ne sais pas... J'ai jamais pu en sortir...
Boum.
On est jamais libres alors, c'est bien vrai ?
Boum.
Ma vie est une blague. Toutes les vies de tous les temps de tous les morts qui ont été vivants ne sont qu'une vaste blague.
Boum.
Alors pourquoi je m'accroche ? C'est l'espoir, c'est ça ?
Boum.
Je voudrais cesser cette mascarade, ouvrir les yeux sur autre chose que des murs invisibles...
Boum.
Je voudrais être moi, c'est pas la lune ! Je voudrais pouvoir juste une fois être sûre, être sûre...
Boum.
Je crois que tout va à vau l'eau dans ma tête... Il y a une goutte d'eau dans ma tête... Un coeur, il y a un coeur dans ma tête et ce coeur fait...
Boum.
There's a drumming noise inside my head that starts when you're around...
Boum.
Arrête, arrête, arrête ça... Je suis... tu sais bien ?
Boum.
Je sais que tu sais... Je voudrais juste que tu comprennes que c'est pas ma faute...
Boum.
Tu crois que ça fait quel bruit quand on se tire une balle ?
Boum.

Boum.

Boum.
Tu sais, je ne suis qu'une lâche.
Boum.
D'ailleurs, je n'ai jamais osé te l'avouer...
Boum.
Et j'n'ai jamais osé me l'avouer.
Boum.
Une lâche...
Boum.
Qui pense encore à fuir.
Boum.
Et à ton avis, ça ressemble à quoi après ?
Boum.
Je ne veux pas d'un paradis.
Boum.
C'est pas pour moi.
Boum.
Le paradis, c'est pour les gens qui ont osé affronter...
Boum.
S'affronter.
Boum.
Pas pour ceux qui ont passé leur temps à fuir
Boum.
A mentir
Boum.
A tromper les autres et à se tromper eux-mêmes
Boum.
Le paradis, c'est l'endroit pour oublier la difficulté
Boum.
Oublier les doutes
Boum.
Oublier la vérité.
Boum.
C'est pas pour ceux qui ont toujours répondu...
Boum.
"Je sais pas."
Boum.

Et moi je n'ai jamais su.
Boum.
Jamais rien su.
Boum.
J'ai essayé tu sais...
Boum.
Je te le promets.
Boum.
Mais je n'ai pas eu la force.
Boum.
J'ai voulu lutter.
Boum.
Mais je n'ai pas eu le courage.
Boum.
Je suis lâche.
Boum.
Faible.
Boum.
Fragile.
Boum.
Insignifiante.
Boum.
Je ne sais même plus si je suis réellement.
Boum.
Quelqu'un.
Boum.
Ou juste quelque chose.
Boum.
S'il-vous-plait.
Boum.
Non, rien.
Boum.
Pardon.

J'ai des doigts qui courent le long de ma nuque.
Boum.
Une marche ratée.
Une main et un souffle haletant par derrière ?
C'est saisissant, inexplicable.
Un noeud dans le coeur plutôt que dans la gorge, et le vent continue de claquer.
Boum.
Le vent reste ma liberté.
Mais je ne sais pas.
Je ne sais plus.
Je vais, je viens, je pars, j'hésite, je balance des mots incohérents.
Pardon ? Merci ? Non. Si ? Y a-t-il une porte au fond du couloir ?
Noir.
Boum.
C'est la tête un peu trop lourde...
La céphalée picotante...
Et les yeux révulsés...
Boum.
La mitraille s'enflamme, les pas, la résonnance et mes maux prennent aussi feu.
Je pense à toi.
Mais surtout à eux.
Boum.
Car c'est trop difficile.
Trop mortifiant de te revoir, silhouette spectrale ou de chair.
J'encaisserais bien les balles, ton Beretta noir posé sur la chaise, mais je n'encaisserais pas un de tes regards.
Je pars.
Boum.
Je reviens.
Je ne fais plus sens.
Et je me demande ...
Si, je suis encore.
Le rythme s'accroît.
Boum.
Pourquoi ?
Boum.
A...
Boum
Penser qu'il n'y a pas raison
De douter.
Boum.


Soudain,
Boum.
Le rythme s'effrite,
Boum Boum,
La musique s'emballe, si vite, épuisante,
Boum Boum, Boum Boum,
Chaque note est l'ascension de la précédente, plus puissante, plus rapide,
Boum,
Mon coeur s'emballe, mes sensations se délitent,
Un baiser éthéré, un souffle glacial, mon corps transi.
Folie.
Boum Boum, Boum Boum.
Et la musique s'arrête, brutale.
Néant.
Solitude.
Un vide s'empare de moi,
Ce bruit me manque tant, où est-il ?
J'essaye de le récréer, mais point de Boum,
Seul un son difforme, acerbe sonorité, disgracieuse,
Je m'effondre.
Boum.
Puis tout repart.
Boum.

Boum.
J'ai eu peur.
Boum.

Boum.
J'ai peur.
Boum.

Boum.
Ne me quitte pas.
Boum.
Par pitié.
Boum.
Ne me quitte pas.
Boum.
J'ai peur, peur de toi, peur de ton absence...
Boum.
Peur de ta présence
Boum.
Je voudrais juste que tu....
Boum.
Je ne sais pas ce que je voudrais.
Boum.
J'ai envie de...
Boum.
De plonger mes griffes dans ma poitrine, de t'arracher, de...
Boum Boum.
Non !
Boum Boum.
Reste là.
Boum.
Je veux te bercer dans mes bras, te serrer contre moi, te protéger du monde...
Boum.
Te mettre dans une froide boîte en verre.
Boum.
Pour ne plus te sentir.
Boum.
Je voudrais que tu t'embrases
Boum.
Que tu m'embrases
Boum.
Que tu m'embrasses.
Boum.
Que tu transformes le monde en un tas de cendres
Boum.
Que tu me réchauffes contre toi
Boum.
Que tu me déchires
Boum.
Je voudrais...
...
Où es-tu ?
Boum.
...
Boum.
Tu es si beau.
Boum Boum.
Si douloureux.
Boum.
Parfois, je voudrais que tu ne sois pas là...
Boum.
Je voudrais...
Boum.
Je voudrais être née le jour le plus froid du monde.

Vanité.
Boum.
Vanité.
Boum.
Tout est vanité.
Tu ne comprends pas ?
C'est un problème insoluble.
Boum.
Une souffrance indicible.
Boum.
Un vide inaliénable.

Le désir nourrit le désir, tu te souviens ?
Boum.
Nous sommes des êtres de manque.
Boum.
Des êtres de misère.
Boum.
Des êtres qui ne peuvent jamais avoir.
Frustration.
Boum.
C'est ton nouveau maître-mot.
Boum.
Frustration.
Boum.
Ce mot est ton identité.
Boum.
Ta douleur.
Boum.
Ton plaisir.
Boum.
Et pourtant...
Boum.
Même si tout cela est vain...
Boum.
Je persiste à croire qu'il y a de la beauté là-dedans.

Boum.
Mais à quoi bon ?
Boum.
Le papier est trempé de larmes ;
Les lignes sont flous.
Boum.
Puisqu'hier est oublié, que demain est en retard et qu'aujourd'hui ne ressemble qu'à une tache d'encre un peu vague...
Faut-il prendre tout ça au sérieux ?
Boum.
J'aimerais dire que j'en ai envie, mais les mots se perdent dans un hoquet et la nausée rattrape ;
Démarche hésitante, yeux dans le vide  et ongles en sang, le papier se froisse et se déchire
En crissant.
Boum.
Le Tam-tam donne mal à la tête et la lame sourit
mais on soupire
Et, quelque part sûrement, le tam-tam continue
fatigué
à heurter l'eau au rythme des spasmes -
Vomissement.
Boum.
Lassitude préméditée, la vase happe, et au loin...
Boum.




N'hésitez pas à commentez Wink (ni à participer, direction ce post )
Les participants pour l'instant sont Meredith Epiolari, Midnight, DSpiricate, Dystopies Elliptiques, Alfy et Kaw', ne manque que Invité :p
Ah, et j'ai enlevé les pseudos pour chaque partie exprès, si vous voulez je les remets après, mais puisque c'est un texte en commun je préfère qu'on ne sache pas qui a écrit quoi ^^
 
 

Le chant du Tam-tam [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau Grand Méchant Admin
» Votre méchant préféré dans les Walt Disney
» L’amore au chant d’honneur
» Toc toc toc(c'est le grand méchant loup)
» Le meilleur méchant?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Vos écrits interactifs-