Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 De profundis clamavi [TS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: De profundis clamavi [TS]   Jeu 6 Nov - 21:37

Je trouve une tonne de défauts à ce texte alors que je suis dessus depuis hyper longtemps et que j'ai réécrit presque chaque ligne dix fois ^^ J'ai voulu mélanger trop de choses je crois...
Mais j'en avais marre de le garder dans mon ordi, alors on dira que c'est un premier jet Wink
Love, ça parle de liberté


La musique parfois me prend comme une mort. Caresse d'un jazzman au parfum d'opium et de havane, elle danse parmi mes chaînes et me recouvre de son suaire. Alors du fond des abysses, du creux du ravin, au bas du précipice et même depuis les profondeurs de ton corps, je laisse brailler à en perdre la voix l'enfant que je suis encore.

Chant guttural aux accents rauques et éraillés. Râle d'un crépuscule déclinant sur l'horizon. J'ai traversé des vallées de larmes et des vagues de peur. J'ai fait de mon silence une arme et de ma vie un leurre. J'ai la peau noire et le cœur bleu, j'ai le visage de l'esclave qu'enfants ils violaient dans leurs jeux.

Fils de Cham et d'une Erinnye, ma révolte suppure en traits rouges sur mon épiderme. Je suis un monstre de haine, j'ai son goût dans la bouche, son poison dans mes veines. Je suis la rage muette de ceux que l'on a fait taire par le fouet : un par un je les tuerai. Et j'irai cracher sur leurs tombes.
Tais-toi, tais-toi ! Ils vont te pendre ! Alors quoi ? Qu'ils me pendent ! Je veux crier, le silence m'étouffe !

Mais on ne sait pas ce qu'on dit quand on est jeune. J'ai eu trop peur de mourir. Je me suis tu.

Dans le sable des sentiers, sur mon corps décharné, de mon doigt sur la buée, parmi les cendres de la cheminée, sur le tronc des arbres à macchabées, à défaut de crier, j'ai écrit tel un forcené les sept lettres du mot « liberté ».

Et dans cette folie ineffable, spectre blafard et livide, tu es apparue au sommet la colline. Dans ta robe de mousseline, nénuphar dans les cheveux, tu souriais.
Face à cette sublime créature, blanche comme le cierge de mes funérailles futures j'ai compris que le silence ne me sauverait pas : ta beauté clair de lune et ton teint d'albâtre te rendaient aussi inaccessible qu'une statue de marbre.

J'ai longtemps rêvé notre passion insensée. Des milliers de séraphins blâmaient nos baisers éphémères et les soutanes scandaient « Blasphème ! » tandis que de mon hymen natal sourdait l'anathème. Dans mon sommeil, je hurlais comme un chien mes peines à l'astre blême.

Dans la nuit noire.

A mon réveil, je ne pouvais plus crier. Se taire toujours, sous les quolibets, les crachats, les harangues, les menaces, les roses chimériques et leurs épines corrosives, ne jamais crier, toujours se taire. Je n'ai rien à te dire. Tu ne voudras pas m'entendre. Ai-je seulement une voix ?

Pas devant toi.

Oui, je suis resté sans voix quand tu es revenue. Ange majestueux au panache de colombe, toujours aussi blanc, toujours aussi beau. Tu as entendu mon appel onirique, et là, en haut de la colline, tu as entrouvert ton corsage.

Seins pâles. Baisser les yeux. La bouteille de gin. Chaud dans la gorge. Ta main qui me prend le menton. Brume dans l'esprit. Aiguilles de verre. Tes yeux dans les miens. Chaud et brume.

Chambre...

L'interdit de ton corps, blanc, si blanc... Recouvre-toi, c'est mal, recouvre-toi, remets tes voiles, non, lève les voiles, ils vont me pendre, me pendre, tu comprends...

« Toi qui n'es pas un homme, que t'importe ma tenue ? Tu me lécheras à la manière d'un animal familier. Tu dormiras à mes pieds, jamais à mon côté. Toi qui n'es pas un homme, admire ma gorge nue ! Toi, moins que rien, moins qu'un chien, tu ne seras pas mon amant mais ma putain. Viens et satisfais ce caprice polychrome ! Embrasse de tes lèvres traîtresses ta maîtresse au corps d'ivoire ! Tu trembles, misérable rat, viens sur mon flanc et accomplis ton devoir. Viens et satisfais ce caprice polychrome, que coulent ensemble sur ces draps, et ton foutre blanc, et mon sang noir ! »

Mes mains fiévreuses qui déchirent la dentelle. Je veux tout connaître, tout savoir. Le lait de ta peau crémeuse, veloutée comme les lys et douce comme l'hermine. Sur mon épaule, la caresse ouatée de tes dents émail. Les perles nacrées de ton échine. Le sel de ta sueur. L'écume de ta chair. Le sucre de tes baisers saveur nuage.
Orgie de fraîcheur. Tes soupirs pour couronner cette symphonie en blanc majeur. J'ai relevé ta jupe et découvert un réduit brûlant comme la neige d'hiver.

Et la nuit devint blanche.

Puis, l'aurore chassant les ombres de la démence, la raison revint, ainsi que son lot de souffrance.
Pas de sang noir sur les draps blancs.
Tu repousses brutalement ta tendre bête encore ithyphallique, qui gémit, figée sous le coup du vertige que lui procurent tes lèvres rouges.
Quel sortilège m'as-tu jeté, cruelle sphinge, pour que l'espace d'un songe, je sois prêt à croire en tes mensonges ?

« Me pensais-tu gouge pour entamer avec ta race fangeuse l'une de ces liaisons dangereuses ? Fils d'une humanité déchue, dont l'existence est une énigme de décadence et la survie un crime ; pour tes mœurs pécheresses l'échafaud sera ton expiation. Puissent les ronces déchirer ton cadavre, rance vermine.»

Je te vois sourire encore devant ces arbres aux fruits étranges qui fleurissent même en automne. Une colline pour catafalque, une branche pour gibet, une fois de plus le chanvre répond par sa morsure à nos vies incertaines.
Et voilà nos cadavres abandonnés au deuil des corbeaux et à la fureur des cygnes.
Dis-moi...

Mon crâne est-il assez blanc pour tes beaux yeux ?

N'entends-tu pas ? N'entends-tu pas ce cri qui tort et déchire tes entrailles ? Je suis là, depuis toujours, depuis que j'ai pénétré ce sanctuaire blanc. J'habite ton corps et, pissenlit entre les dents, mort de m'être trop tu...

Je crie encore.



Dernière édition par Meredith Epiolari le Ven 4 Aoû - 17:47, édité 2 fois
 
Alfy

avatar


Masculin Messages : 96
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 21
Localisation : Làààààà !
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Sam 8 Nov - 18:38

Alors, comment dire... Waouah Pu**in (c'est écrit purin pour les enfants).
Pour commencer, le premier paragraphe, un bijou, j'adore, je kiffe sa race même. Juste "une mort", c'est possiblement correcte, mais "une morte" ou tu souhaites cela, dans les deux cas ça va mais je me suis posé la question en fait parce que "une mort" a un côté plus conceptuel.
Le deuxième est aussi très beau, mais j'émet une petite réserve sur la seconde partie et cette répétition de "j'ai" fait un peu narcissique pour le narrateur là où le début ne l'est pas.
Le troisième aussi superbe que le premier !
Bon, je ne vais pas radoter, j'adore, donc je vais passer aux quelques points peut-être moins biens:
"Seins pâles. Baisser les yeux. La bouteille de gin. Chaud dans la gorge. Ta main qui me prend le menton. Brume dans l'esprit. Aiguilles de verre. Tes yeux dans les miens. Chaud et brume.", je trouve ici que la ponctuation est peut-être trop forte, ce qui amène un côté saccadé mais je pense qu'une phrase plus longue ou avec une ponctuation moins forte au milieu pourrait amplifier ce phénomène de rupture :court-long-court.
Les "Et" en début de phrases sont pour la plupart très bon, mais j'en aurai peut-être supprimer un ou deux parce que ce fameux "Et" en premier mot est très fort et à utiliser avec parcimonie pour les plus gros "chocs".
Parfois également, j'aurai viré un ou deux autres "je" afin d'amplifier le phénomène d'effacement du narrateur, victime de son amour et non plus maitre et sujet.
Enfin, voilà, j'adore !
Au plaisir,
Alfy.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 0:32

Wahou, que d'éloges, ça me fait drôlement plaisir Shocked
Effectivement dans le premier paragraphe je parle du concept de la Mort (je devrais peut-être mettre une majuscule pour que ce soit plus évident ?) et la musique n'est pas comparée à un cadavre.
C'est supposé rappeler : "La musique souvent me prend comme une mer" ^^

C'est vrai, j'avais pas pris conscience de ce brusque narcissisme après une passivité volontaire... Je vais voir si je retravaille ça Wink
D'un autre côté, se présenter soi-même indirectement est assez compliqué Neutral

J'ai naturellement cherché un effet saccadé avec la ponctuation pour illustrer la confusion du personnage, mais c'est pas vraiment harmonieux avec le reste du texte, je vais essayer de suivre ton conseil et de mettre tout ça en phrases plus longues.
Et aussi maintenant que je me souviens... honte à moi mais j'ai eu du mal à faire des phrases, tout d'un coup xD

Le "Et" en début de phrase est un tic, tu as raison de me le faire remarquer.

Merci beaucoup pour ton commentaire, très utile comme toujours et je suis fière parce que j'ai l'impression que ce texte t'a vraiment plu par rapport à d'autres que j'ai pu écrire et que j'ai confiance et toi et en la franchise avec laquelle tu commentes en toute objectivité (je sais que si ce que je fais n'est pas bien tu ne feras pas semblant d'aimer).



Dernière édition par Meredith Epiolari le Ven 4 Aoû - 17:43, édité 1 fois
 
Lovelyrosella

avatar


Féminin Messages : 39
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 0:48

Liberté !!!! (ça, c'était le petit commentaire avant lecture x)).

J'adore la première phrase x). Je la trouve décalée et très inattendue.
Le premier paragraphe, bravo je l'adore ! *baiser sur les doigts*
Le 2nd paragraphe : les rimes internes . Waouh.

Oh mon dieu ! Mais quelle beauté !

"« Toi qui n'es pas un homme, que t'importe ma tenue ? Tu me lécheras à la manière d'un animal familier. Tu dormiras à mes pieds, jamais à mon côté. Toi qui n'es pas un homme, admire ma gorge nue ! Toi, moins que rien, moins qu'un chien, tu ne seras pas mon amant mais ma putain. Viens et satisfais ce caprice polychrome ! Embrasse de tes lèvres traîtresses ta maîtresse au corps d'ivoire ! Tu trembles, misérable rat, viens sur mon flanc et accomplis ton devoir. Viens et satisfais ce caprice polychrome, que coulent ensemble sur ces draps, et ton foutre blanc, et mon sang noir ! »

Mes mains fiévreuses qui déchirent la dentelle. Je veux tout connaître, tout savoir. Le lait de ta peau crémeuse, veloutée comme les lys et douce comme l'hermine. Sur mon épaule, la caresse ouatée de tes dents émail. Les perles nacrées de ton échine. Le sel de ta sueur. L'écume de ta chair. Le sucre de tes baisers saveur nuage.
Orgie de fraîcheur. Tes soupirs pour couronner cette symphonie en blanc majeur. J'ai relevé ta jupe et découvert un réduit brûlant comme la neige d'hiver.

Et la nuit devint blanche.
"
Meredith, je crois que je suis en phase d'admiration comme je ne l'ai jamais été.


"mort de m'être trop tu...

Je crie encore."

Ton art est sublime.
 
Assina

avatar


Féminin Messages : 4
Date d'inscription : 06/11/2014
Age : 20
Localisation : Là , maintenant mais après
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 1:06

C'est vraiment magnifique ! Shocked

tu as beaucoup de talent : 3
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 1:14

Merci à vous deux Love et Assina, je suis vraiment touchée :3
Et qu'est-ce que vous attendez pour poster pour que je puisse vous faire des compliments à mon tour ? Wink

 
Lovelyrosella

avatar


Féminin Messages : 39
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 1:34

En ce moment, je travaille que sur Asmar donc Razz.
Au fait,le titre de la nouvelle : réf. à Baudelaire ? A la symphonie? Surprised
 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 2:39


Je suis désolée, mon commentaire risque d'être comme d'habitude, autrement dit de manquer de conseils :/ Heureusement que tu as de vrais comment...ateurs ? Non, ça fait trop télévision... de vrais commenteurs sur ce sujet, menés par Alfy, ça me sert d'excuse.

Donc, après ce paragraphe destiné à te faire croire au premier coup d’œil que je disais des choses, passons aux choses sérieuses : je... plussoie ce qui a été dit au-dessus. //PAN/


Le commenteur a écrit:
"Seins pâles. Baisser les yeux. La bouteille de gin. Chaud dans la gorge. Ta main qui me prend le menton. Brume dans l'esprit. Aiguilles de verre. Tes yeux dans les miens. Chaud et brume.", je trouve ici que la ponctuation est peut-être trop forte, ce qui amène un côté saccadé mais je pense qu'une phrase plus longue ou avec une ponctuation moins forte au milieu pourrait amplifier ce phénomène de rupture :court-long-court.
Au début j'étais d'accord avec lui, mais en relisant, peut-être vaudrait-il mieux au contraire étoffer ce paragraphe pour à la fois vraiment retranscrire le trouble du narrateur et sa respiration accélérée, haletante (c'est comme ça que je le ressens, j'ai raison ?), et à la fois essayer de mieux l'amener ?

Et ça a été LE conseil de Kawy, profitez-en, parce que même des petits comme ça vous n'en verrez pas souvent

(Ah, et : "une tonne de défauts" : où ? Surprised )
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 11:02

Love > Ouaaaaais Asmaaar
C'est un demi-référence à Baudelaire on va dire xD
J'ai vu le titre "De profundis clamavi" en lisant les Fleurs du Mal et je me suis dit : "Oh, c'est trop joli, faut que j'écrive un truc qui s'appelle comme ça !" mais ça n'a rien à voir avec le contenu du poème ^^
Je découvre la symphonie et...

Kawy > Petite arnaqueuse Wink
Faire plus long ? Ouais, ce serait carrément une bonne idée !
On verra ce qui est le plus simple Smile
Merci Kaw xD
(Dans les liaisons notamment, les paragraphes en eux-même ne sont pas trop mal mais ils s'enchaînent bizarrement ^^)

 
Assina

avatar


Féminin Messages : 4
Date d'inscription : 06/11/2014
Age : 20
Localisation : Là , maintenant mais après
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 17:00

C'est normal :3
Pour mettre des écrits j’hésite un  peu

Qu'est ce que "Asmar" ? :0
 
Lovelyrosella

avatar


Féminin Messages : 39
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 20:52

Oh d'accord. :3
Et tu sais ce que ça veut dire ?
Oui, elle est belle (je l'ai découvert hier aussi x)).

Assina : Hésite pas ! Mets ! . Asmar c'est une nouvelle que j'écris.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 21:29

Love > Bien-sûr que je sais ce que ça veut dire, fallait quand même que ça ait un minimum de sens d'appeler cette nouvelle comme ça xD
La joie d'avoir fait trois ans de latin :')

 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Dim 9 Nov - 21:34

L'épi latin a écrit:
La joie d'avoir fait trois ans de latin :')
Ah ? Google traduction ça marche aussi très bien pour ça Wink //PAN/
(USEUMIOO )
 
Lovelyrosella

avatar


Féminin Messages : 39
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   Lun 10 Nov - 16:53

x') Non mais je posais la question car moi je ne savais pas. Mais effectivement, Google traduction a su m'apporter la réponse *^*.
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De profundis clamavi [TS]   

 
 

De profundis clamavi [TS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De profundis clamavi [TS]
» Votre liste: "BEST OF..." littérature
» Festival de BD à Trets le 05 & 06 novembre 2011
» Oscar WILDE (Irlande)
» Suspiria De Profundis, beautiful monster {DIM Belosse} P23

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-