Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Avalanche [S]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Avalanche [S]   Ven 7 Nov - 2:30

J'suis pas très contente de toussa, puis comme il faudrait peut-être que je me remette à mon boulot rapidement si je veux tenir encore demain sans m'écrouler de fatigue j'ai pas pu continuer à essayer de traquer toutes les maladresses, et... Et oui, tout n'est pas très bien raccordé, je suis partie sans savoir ce que j'écrivais, as usual x)
(Et et et et! Et j'suis d'accord, je ferais mieux de commenter tous les magnifiquesincroyablestropbeauxgaaaaah nouveaux textes plutôt que de faire de stupides exos d'espgnol, non Epi ne me tue pas, mais... :'( )







Avalanche.
Petit imbécile qui crie en espérant se prendre la montagne sur la gueule, et finit par la creuser de ses mains gercées pour s'y enfouir en voyant le paysage dévasté qui a eu la connerie de l'épargner. Il plonge ses longues griffes tantôt dans la glace tantôt dans son ventre, sans savoir si il veut arracher ses tripes, broyer son cœur, ou juste jeter au loin cette bulle de plomb qui frôle sa gorge dans une nausée pour rebondir contre son sternum.
Mais il arrive juste à se déchirer, alors il rit en compressant la bulle qui grossit, qui grossit, et qui finira bien par exploser dans un sifflement vertigineux, il rit, il se fout de sa gueule, il rit de se retrouver comme un con dans le paysage glacial, destiné à s'engueuler avec l'écho, qui d'ailleurs s'empresse de le rejoindre dans son rire, lui renvoyant en pleine gueule son mépris écrasant.

Il titube dessous, glisse maladroitement et écrase une rose, s'excuse en bafouillant, se redresse lourdement et gueule après les montagnes qui le dominent. Elles ne se laissent pas faire, alors il hausse les épaules, et puis il sent la grosse bulle de plomb lâcher une myriade de toutes petites bulles de savon qui viennent lui chatouiller la gorge et le nez. Il éternue et va frapper son reflet dans une glace en espérant les dissoudre.
Évidemment ça ne marche pas, il grogne ou gémit sans trop savoir, il goûte le sang qui s'échappe de ses mains, les bulles enflent et il mord son poing déjà sanguinolent en se disant qu'il a des comparaisons aussi stupides que lui. Puis, songeur, il prend un bout de verre et caresse avec, tendrement, les veines de son poignet, en se demandant si ça se casse facilement, ces nuances de bleus qui serpentent juste sous la peau fine. Il a un sursaut, jette brusquement le reflet de son bras et s'éloigne d'un pas rapide.
Il regarde autour de lui, à envie de s'envoler, se demande si il préférerait foncer ou s'écraser, passe à autre chose avant d'avoir la réponse.

Un craquement sous ses pieds, il baisse les yeux et fait un bond en arrière. Sa responsabilité dans ce visage dont le rictus sourit lui revient et il se met à courir à la recherche d'une flaque d'eau. Il s'y dévisage un instant, tremblant de mépris et de rage, et se jette sur lui-même, donnant des coups de poings dans l'eau. Il tousse et grelotte en se relevant mais il va s'allonger à côté du visage gracieux. Quand il se rend compte qu'il a écrasé un petit oiseau bleu sous la neige en se couchant, il se redresse d'un coup, se met à quatre pattes et fouille de ses doigts nus la neige à la recherche du corps fragile. Il le prend dans ses mains et les plumes bleues veines se teintent de rouge.

L'oiseau a son bec qui penche sur le côté et les yeux grands ouverts.

Les bulles explosent et le sel azur tombe en gouttes sur les plumes bleues sanglantes, tandis qu'il dépose délicatement l'ange ecchymose contre le visage souriant.
Il se dit que la montagne est vraiment stupide, elle n'a rien compris, lui il n'a rien à faire là, il a pas sa place dans le monde, il est trop maladroit, trop imposant, trop brutal, trop mal à l'aise, trop tout sauf habile des gestes et des mots et puis des pensées aussi.

Il regarde le visage, il se rappelle l'avoir déjà vu rire, il regarde l'oiseau, il se rappelle l'avoir déjà entendu chanter, il regarde la neige, il sent sa froideur le transpercer, alors il tire doucement sur le beau visage pour sortir tout le corps, il glisse l'oiseau entre les mains froides et serre l'homme au visage souriant contre lui pour le réchauffer.

Puis il ferme les yeux.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Avalanche [S]   Sam 8 Nov - 14:02

Je te tuerai jamais, en tout cas pas après ce que je viens de lire là tout de suite Wink



Brr, la musique va tellement bien avec ton texte /:

Ce thème de la folie a été repris et repris par plein d'auteurs amateurs, mais à chaque fois que j'ai lu un texte là-dessus j'ai trouvé ça cliché et j'y croyais pas une seconde.
Mais dans ce texte, il y a une vraie folie, bestiale et furieuse, criante de vérité. C'est effrayant, au-delà de notre portée et de notre compréhension et on nage en pleine confusion devant ce personnage ; c'est ça la vraie folie.

Le mépris du narrateur pour le personnage est tellement fort qu'il en est blessant, on devine que ce mépris retranscrit celui du personnage pour lui-même. C'est extrêmement subtil et ça créé une ambiance sinistre.

Et puis cette manière de tuer tout ce qu'il approche involontairement, de ruiner la nature et le paysage chaque fois qu'il fait un mouvement qui le ronge au point qu'il veuille en finir est poignante aussi. C'est un peu comme un Edward aux mains d'argent...

C'est drôle que tu écrives sur ça, je me demande ce qui t'est passé par la tête... Enfin bon, c'était un beau moment de confusion qui prend au tripes alors... C'était magnifique.

 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: Avalanche [S]   Sam 8 Nov - 14:29

Je ne connaissais même pas cette chanson O.o (oui c'est honteux) Merci :3

Pourquoi j'ai écrit ça ? Heu... Bonne question xD Je suis juste partie des idées du premier paragraphe x)

* Epi pour son zentil commentaire*
 
Daemoon

avatar


Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: Avalanche [S]   Mar 28 Juil - 20:45

Génial ! J'adore cette façon de montrer les choses, et si j'interprète bien ton texte, on peut remarquer que ton personnage, qui a l'air de se détester finit par se rattraper en serrant l'homme pour le réchauffer, ce qui montre une certaine bonté qu'on n'apercevait pas au début du texte.
 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: Avalanche [S]   Lun 10 Aoû - 23:45

Merci =D
L'interprétation est bonne ^^ (même si ça ne changera pas grand chose pour le cadavre d'être réchauffé :') )

(Et Bienvenue, au passage! Tu commentes, c'est très bien ça, tu partiras pas hein ?)
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avalanche [S]   

 
 

Avalanche [S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-