Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mar 10 Fév - 0:59

Maismaismaismaismais O.o
C'est terriblement bizarre xD
La suuuuiiiite

 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 493
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mar 10 Fév - 1:04

Citation :

Scène VI

la dépouille de Rizla au sol.

Dieu


Ainsi donc voici la fin que tu choisis, Rizla. T'a-t-elle plu ? Es-tu heureux de ton choix et satisfait de tes actes ? Ne regrettes-tu ? J'entends tes pensées ; j'entends ta voix intérieure, ton monologue à toi-même. J'entends comme tu aurais une fois encore préféré fuir, comme les solutions à ta disposition ne te satisfaisaient toujours pas. Je le sais : si je t'avais donné une chance supplémentaire, en m'interposant, notamment, entre Satan et toi, l'Histoire se serait répétée, aussi horrible, fade et cupide soit elle et soient tes compagnons. Ta voix se fait moins claire, à présent, et je l'entends se taire. Si tu n'as plus rien à dire, Rizla, alors pourquoi es-tu mort ? La vie ne te suffisait-elle pas ? Fallait-il tant que cela, pour que tu sois rassasié, vivre dans la limite et la dépasser, inscrivant une fin à toute chose future ? Ne sais-tu donc que le monde n'est que centré sur toi, et que dès ton enterrement effectué et ta dépouille sublimée il ne pourra que s'effondrer, le sol s'élevant et le ciel tombant, pour s'organiser en un chaos sanguinaire et sans vie, assemblage d'amalgames et amalgame d'assemblages, soudant temps et espace dans une harmonie déraisonnée, fille d'Humanité et mère de Vide, fille d'Ordre et mère de Chaos ? Lors, les étoiles seront les plantes, les plantes seront les nuages, les nuages seront les roches, et les roches seront les étoiles. Lors, ton esprit n'aura plus de raison d'être. Lors, le monde disparaîtra avec tout ce qui pouvait être relié à toi, et ton statut de mort ne sera que vide et inexistence. Quiconque ayant pu se souvenir de toi oubliera, et ta vie comme ta mort ne seront plus. Là est l'impuissance de l'Humanité, Rizla. Là est la fin, la fin de toute chose et de toute pensée. Que parlé-je d'Humanité, quand elle n'est rien sinon toi ? Toute chose a été faite en ton attente, et tout sera détruit en ton hommage. Le néant lui-même y sera réduit. Vide sera l'étendue ; vides, tomberont des nues ; vide, sans avoir rien su. Car tout est Tragédie ; et la Tragédie est tout. Toute Tragédie ? Tragédie rizlanne seulement. Penses-tu, Rizla ? Penses-tu que Tragédie puisse être autre que pour toi ? Qu'elle puisse être autre que toi ? Autre qu'autour de toi ? Qu'en toi ? Ah ! J'oubliais que les limbes ne souffrent nulle parole et ne souffrent que la souffrance la plus extrême. Oh ! Comme cela doit être chaleureux. On dit que souffrir rapproche. Eh ! Seulement avec compassion. Peu de gens connaissent la mort, tu sais. Quel chanceux tu es, Ô Rizla ! Et qu'advient-il à ceux qui ne connaissent pas la mort lorsqu'ils meurent ? Il se réincarnent. Il changent de chair, mais pas d'esprit. De mémoire, mais pas d'esprit. De savoir, mais pas d'esprit. Quant à toi, Rizla, tu n'as pas l'occasion de te réincarner. Ah ! En faisant d'autres choix tu aurais pu, mais, je te l'ai déjà expliqué, le destin ne peut être renversé, seulement changé. Et toi, tu connaîtras la mort. Oh ! Ô blanche ! Parcours la Terre, et épargne les cieux ! Nous t'en sommes reconnaissants... Merci. Ha ! Oui, Rizla. Oui, Dieu n'est pas bon. Oui, la Mort ne sert que la Chauve-Souris. Oui, les Hommes meurent pour que les dieux perdurent. Passent pour que restent. S'éteignent pour qu'éclairent. Et il en sera ainsi pour toujours. Ah ! Brûle, Argos ! Tombe, Corinthe ! Croule Cnossos ! Le malheur des humains fait le bonheur des dieux. Et de Mycènes à Trézène rugisse le feu. Qu'elles sont belles et rouges les grandes flambées ! Qu'elles sont sèches et rudes les pierres de cité ! Et qu'ils sont douloureux, les lèchements des feux ! Des flammes d'Argos renaît le Soleil. Ton rôle terminé et le monde écroulé, je partirai. Je n'ai plus qu'à partir, ou je serai piégé à tes côtés. Eh ! Voilà dont je ne veux pas. Je ne suis pas Dieu pour rien. J'ai des obligations, des responsabilités et des sujets. Roi des dieux ? Non pas, pourtant. Dieu des Dieux ? Non plus. Dieu parmi les dieux. Dieu sous le Fleuve. Dieu-Éclair aux étincelles impuissantes. Ah ! Que le monde était beau. Il me manquera, sache-le. Pourtant, je n'aurai nul repos. Satan est toujours là, Rizla. Ta mort égoïste en a privé le monde, mais les autres connaissent encore sa présence fanée. Fanée, mais vive. Vive et perfide. Par bonheur, tu ne l'as guère connu, mais sache bien que, moi, je le côtoie de loin depuis... les lustres ne suffisent plus. Que diable, Rizla ! Qu'as-tu fait ?

Rideau.



Gno Isku in love
http://i18.servimg.com/u/f18/18/91/82/29/fg10.jpg

partyski ! partyski !

https://www.youtube.com/watch?v=SD6hTkkU-Cs Isku in love

https://www.youtube.com/watch?v=ETbCiVi-AOE&feature=youtu.be
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mar 10 Fév - 1:13

Wow, que c'est beau
Chaque phrase est un délice, tes longs monologues sont toujours sublimes Smile
J'adore cette pièce, tu es un excellent dramaturge
Je pense cependant que le manuel d'explication sera le bienvenu auprès de l'esprit inculte que je suis et à qui il manque un certain nombre de références Wink

 
Midnight

avatar

Maîtresse incontestée des vices infantiles
Féminin Messages : 351
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 17
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mar 10 Fév - 16:10

Que n'ai-je vu plus tôt que tu avais écrit une suite ?
Rimi l'a dit, c'est un délice
Et même sans tout comprendre, comme elle l'a également dit, j'ai pris un immense plaisir à te lire



La Mère Patrie vaincra ~

"Je croyais qu'on allait jouer à cache-cache..."
Le petit Arthur, sept ans


 
www.chieuseducoin.com




Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2014
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mer 11 Fév - 13:49

TU VAS TROP VITE POUR MES PAUVRES YEUX !!! Isku pleure Isku pleure Isku pleure Isku pleure Isku pleure

Donc tu imagines bien que je n'en suis qu'à la scène deux de l'acte un que je vais commenter de ce pas :

Alors, j'ai compris qu'on était dans l'avenir hypothétique de Rizla s'il choisit de ne pas signer le contrat mais alors persiste des questions. Quel est ce contrat ? Et pourquoi ça doit se finir ainsi ? Tu entretiens magistralement le mystère, ce qui me fait totalement oublié mon malaise du départ.

Deux trois trucs m'ont un peu gênée cependant :

Isku a écrit:
Et dans le même temps, c'est lui a causé tous mes soucis, lui et lui seul !

Manque pas "qui" par hasard ?

Isku a écrit:
Ainsi, sa mort libérera tous les êtres charmés et ainsi me libérera et me permettre de vivre en paix !

Me permettra non ?

Isku a écrit:
Et pourquoi dois-je abreuver ces fraises de ton sang ?

Je comprends qu'on soit dans l'absurde hein mais qu'est-ce que représentent les fraises ici ? Pourquoi avoir choisi cette image ? Il y a bien un sens non ?

Isku a écrit:
Et cette Sapience me permettra de relativiser ta matérialité.

Je n'ai absolument pas compris cette phrase ... *s'enfuit très loin*

Ensuite, c'est peut-être moi hein mais j'ai l'impression que "Dieu" se contredit en quelque sorte. C'est voulu ? Parce que si ça l'est, ça peut donner quelque chose de bien.

Mon passage préféré reste évidemment la "cognage" de tête contre le mur, je me suis vraiment identifié à Rizla et ce passage est réellement très bien écrit !

Plus de mal sur le meurtre par contre, je trouve que les didascalies pour le coup cassent tout ça, surtout le "planter-déplanter", ça rend presque le passage ... enfantin après peut-être est-ce voulu ?

Bon voilà ! Je reviendrai lire la suite et dire plein de méchanceté
 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 493
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mer 11 Fév - 15:48

Comme je le disais à Dedarimi et Gno, j'ai l'intention d'écrire un petit manuel de lecture et d'analyse pour permettre à ceux qui veulent tout comprendre de tout comprendre Razz

J'ai en effet oublié "qui" et mal écrit "permettra".
Pour les fraises, ce sera dans le petit manuel.
Pour ce qui est de la phrase que tu n'as pas compris... en gros la connaissance lui permettra de comprendre que son existence n'est pas obligatoire. C'est dur à expliquer x(

Dieu se contredit parfois, en effet. C'est là tout l'intérêt ! Et Dieu l'explique lui-même lorsqu'il parle d'Æ'C'psethnorothkyuu : il n'est pas la connaissance, il ne fait que la recevoir. Dieu n'est pas tout puissant, et c'est pour cela qu'il dit notamment "Dieux que non". On insistera sur le pluriel à "Dieux", qui montre bien que Dieu n'est pas unique (et on retrouve cette idée dans la Scène VI de l'Acte II).
Et à ceux qui tenteront de me dire "ouais, mais quand la pièce est jouée, on peut pas voir le pluriel !", j'aimerais rappeler que ce n'est pas une pièce qui est faite pour être jouée, mais seulement pour être lue Smile ~
Enfin, pour ce qui est des didascalies lors du meurtre... le côté enfantin n'est pas voulu. Étant donné que la pièce n'est faite que pour être lue, j'ai décrit ce que je voulais que les gens voient avec le plus de clarté possible. Dans toute la pièce, les didascalies perdent toute poésie et toute réflexion, je n'ai fait qu'y écrire ce que je voyais et ce que je voulais que les lecteurs voient.



Gno Isku in love
http://i18.servimg.com/u/f18/18/91/82/29/fg10.jpg

partyski ! partyski !

https://www.youtube.com/watch?v=SD6hTkkU-Cs Isku in love

https://www.youtube.com/watch?v=ETbCiVi-AOE&feature=youtu.be
 
www.chieuseducoin.com




Messages : 16
Date d'inscription : 30/08/2014
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Mer 11 Fév - 17:46

Quoi ? Tu n'aime pas mes commentaires ? Sad J'y mets tellement d'amour pourtant !

Oui, je vois. Sans vouloir faire ma chieuse mais si tu as besoin de faire un manuel pour comprendre ton texte, c'est qu'il n'est pas très accessible non ? (je demande ça plus pour me sentir moins bête que comme réelle critique en fait XD)

Plus sérieusement, j'accroche de plus en plus. Razz
 
renarde82

avatar


Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2014
Localisation : Dans mon terrier rempli de cookies, des centaines de cookies !
MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   Sam 13 Juin - 9:43

Pour le principe et aussi parce que je me sens un peu Obligée (l'humour ça fait peur x)) Je vais t'écrire un petit commentaire Isku :3

Cette pièce est parfaite, parfaitement complexe et bizarre et pas vraiment compréhensible à la première lecture mais tellement riche en clins d’œil et en petites blagues (ok tu me les as expliqués mais c'est cool quand même). J'adore tellement tes longs monologues et ta façon de faire jouer tes personnages, de les manipuler.
Ta pièce est peut-être pas faite pour être jouée mais j'adorerais la voir sur une scène !
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]   

 
 

L'Obligé, ou Tragédie contemporaine en deux actes [S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Françoise Sagan
» CCAM et les manquements des caisses
» J'aime deux choses
» editions des deux coq d'or
» Une fille pour deux mecs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits longs :: Pièces de Théâtre-