Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 [P] Tableau inachevé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Têtard à trois pattes

avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 10/12/2014
MessageSujet: [P] Tableau inachevé   Lun 15 Déc - 23:41

C'était l'histoire d'un têtard qui pensait qu'il était tôt alors qu'il était tard /PAN/
Je vous aime tellement, que je me disais qu'il serait bête que je vous quitte déjà, alors on va faire plaisir à la mangouste (mais aussi à moi-même) de poster une horreur sortie de la mare du Batracien déformé, pour vous mettre dans le contexte, je l'ai écrit en première et j'ai eu un "non-noté" car j'ai fait du hors sujet... Mais je trouve trop bête de laisser se texte passer à la trappe.
Bien que l'écriture ne soit pas mon fort, je poste quand même ; j'ai des tendances masochistes.



Cette toile, « il y passerait sa vie » disait-elle autrefois. Tous les matins, à six heures et trente-quatre secondes il est là ; prêt à répéter son rite perpétuel. Il s'assoit tout en relâchant un léger souffle, avant de prendre une position, presque biblique face à son ouvrage incomplet. Il y passe des heures : parfois interminables ; parfois brèves. Cependant, ce n'est pas comme s'il avait autre chose de plus important à faire. De sa main agile, usée, amorphe, il peint ; il trace un trait d'une précision presque équivoque la silhouette, le gabarit ou la stature d'un homme. Bien qu'elle soit dotée d'une courbe presque parfaite, comme le rituel l'indique, il efface frénétiquement le trait ébène précédent. Après avoir exécuté cette action exprimant un certain mécontentement il aperçoit que celle-ci a rendu inefficace son outil de prédilection, aussi vieux que la corne de ses doigts qu'il a juré d'utiliser jusqu'à la fin. Après un bref deuil, il est désormais à la recherche d'un nouveau compagnon de fortune dans sa trousse vêtue encore d'un voile blanc de vieillesse. Il n'y trouve pas satisfaction ; de toute façon il la fouille tous les jours. Mais heureusement aujourd'hui il se rappelle qu'il a acheté de nouveaux associés qu'il a disposés dans sa commode. Il se lève, doucement pour ne pas abîmer son dos fatigué par cette routine et avance lentement vers le meuble de noyer recouvert d'une fine pellicule de poussière. Il l'ouvre et retrouve les précédents achats dont il a oublié la localisation. Après être rentré lentement de son périple, il répète le même procédé qu'avant. Il commence à tracer un trait régulier et proportionnel à son effort, puis il l'efface rapidement avant de désespérer une fois de plus. Cette vielle planche d'un vert moisi harmonieux, n'a pas vu grand changement depuis au moins le passage de plusieurs éclipses solaires. Le marginal dont le temps a marqué bien plus que l'apparence commence à recouvrir sa toile à l'aide de la gouache reposant sur sa palette bien ordonnée dont la blancheur ne peut faire concurrence à l'épiderme de celui-ci. La toile se fait subtiliser sa robe émeraude et désormais elle est revêtue d'un habit de deuil. Il l'habille, car aujourd'hui est un grand jour, il va enfin La revoir.

La toile prend enfin une apparence, il dessine tout d'abord un visage, pâle, blanc duquel il aimait voir les diverses expressions. Maintenant il est inflexible. Il lui dessine des cheveux, comme ceux sur lesquels il avait l'habitude de sécher ses larmes. Maintenant ils ne sont plus que des traits. Ses yeux, ceux qui changèrent sa vie. Maintenant ils ne sont plus que deux lentilles teintées. Elle était sa femme, son autre moitié, son amour. Maintenant c'est un tableau inachevé et sans vie. C'était un homme à l'avenir heureux. Maintenant c'est un cadavre du passé.

la corne de ses doigts dont il avait juré d'utiliser jusqu'à la fin => qu'il a juré
Il n'y trouva pas satisfaction => trouve (vu que tu as commencé avec un système de temps du présent, tu dois garder ce système jusqu'à la fin)
il se rappelle qu'il avait acheté => qu'il a acheté (avec un système au présent on mettra du passé composé plutôt que du plus que parfait)
de nouveaux associés qu'il avait disposé => qu'il a disposés (COD pluriel devant l'auxiliaire avoir)
Il se leva, doucement pour ne pas abîmer son dos fatigué par cette routine et avança => Se lève, avance
Il l'ouvrit et retrouva les précédents achats => ouvre, retrouve.
dont il avait oublié leur localisation => dont il a oublié la localisation
il répéta => il répète
Il commença => Il commence
il l'effaça => efface
dont le temps avait marqué bien plus que son apparence => dont le temps a marqué bien plus que l'apparence
commença => commence
dont sa blancheur ne pouvait faire concurrence => dont la blancheur ne peut faire concurrence
La toile se fit subtiliser => la toile se fait subtiliser
elle était revêtue => elle est
Il l'habilla, car aujourd'hui était un grand jour, il allait enfin La revoir. => Il l'habille, car aujourd'hui est un grand jour, il va enfin La revoir
La toile prenait enfin une apparence, il dessina => prend, dessine.
duquel il aimait voir ses diverses expressions => duquel il aimait voir les diverses expressions
Il lui dessina des cheveux => Il lui dessine


Dernière édition par Têtard à trois pattes le Mer 17 Déc - 18:15, édité 3 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: [P] Tableau inachevé   Mer 17 Déc - 17:27

Têtard a écrit:
Bien que l'écriture ne soit pas mon fort...

Ça, ça n'a aucune importance, l'important est que tu écrives si tu en as envie et que tu partages ce que tu veux partager sans aucune obligation Smile
Si tu as envie d'écrire alors que ce n'est pas quelque chose de "naturel" pour toi, tu as encore plus de mérite et l'on ne peut en aucun cas te juger de manière négative Wink
Et puis franchement, j'ai lu des trucs bien pires que ça et pas une minorité Razz

Têtard a écrit:
Bien que l'écriture ne soit pas mon fort, encore moins celui de votre forum

Ça par contre, c'est méchant Sad

Mais moi je suis gentille ~
Donc je vais commenter ton texte même si tu as insulté notre forum Razz

J'aime bien globalement, dès qu'il y a de la peinture j'aime bien ; ça donne un aspect contemplatif et ça permet de mettre plein de symboles hyper forts. C'est un peu comme une allégorie du changement pour moi un tableau...
Et dans le cas présent c'est bien utilisé puisqu'il y a un parallèle entre le tableau qui évolue et les sentiments du peintre qui passe de la tristesse au "deuil".
J'aime beaucoup l'idée de faire son deuil à travers un rituel comme ça, c'est une très belle image Smile
Le fait de personnifier les pinceaux en associés aussi donne vie à l'atelier et permet de le faire vraiment exister, c'est magique ! *.*

Je ne sais pas si tu attendais des conseils pour progresser, je t'en donne mais tu n'es pas obligée d'en tenir compte : l'important est que ça ne te décourage pas la prochaine fois qu'il te viendra l'envie d'écrire Smile

D'abord, il faut impérativement que tu fasses attention à la concordance des temps. Si tu commences avec un système au présent, tu continues avec un système au présent ; si tu commences avec un système au passé, tu continues avec un système au passé. Veille à ne pas les mélanger, c'est très perturbant pour le lecteur Smile

Ensuite, le pronom "dont" permet d'introduire une proposition subordonnée relative qui indique la possession. Il est donc inutile de rajouter un pronom possessif ensuite.
Par exemple, on dira :
dont la blancheur et non dont sa blancheur
Même chose pour "duquel".
Dans le cas ici :

Têtard a écrit:
la corne de ses doigts dont il a juré

Le "dont" renvoie à une possession de la corne. Or la corne ne possède rien dans cette phrase. Pour renvoyer à la corne elle-même, tu dois utiliser "qu'il".

Têtard a écrit:
prêt à répéter son rite perpétuel
répéter (refaire quelque chose)
+ rite (idée de répétition sur la durée)
+ perpétuel (idée de continuité)
Ces trois mots n'expriment pas tout à fait la même chose, mais ils sont quand même un peu lourds si tu les mets tous les trois.

Têtard a écrit:
il trace un trait d'une précision presque équivoque la silhouette
Ici, tu as deux COD pour le verbe "tracer".
Il trace quoi ?
- Un trait.
- La silhouette.
Pour que la phrase soit correcte, il suffit d'écrire "d'un trait".

En règle générale, je trouve tes phrases assez longues (ce qui expliquerait pourquoi tu t'embrouilles avec les pronoms relatifs ^^) mais c'est pas hyper gênant.
Sauf pour cette phrase :

Têtard a écrit:
Le marginal dont le temps a marqué bien plus que l'apparence commence à recouvrir sa toile à l'aide de la gouache reposant sur sa palette bien ordonnée dont la blancheur ne peut faire concurrence à l'épiderme de celui-ci.

Il n'y a aucune virgule et on doit se concentrer pour comprendre même si on finit par y arriver (le lecteur est bête, facilite-lui la tâche Wink ).  Le mot masculin précédant "celui-ci" est "le marginal" et c'est bien lui que tu veux désigner mais pour le retrouver on doit remonter toute la phrase. Trouve un autre substantif.

Voilà, c'est tout, j'espère que ça t'aidera et sinon tant pis, merci d'avoir partagé ce texte avec nous, c'est vraiment cool de se lancer comme tu le fais

 
Têtard à trois pattes

avatar


Messages : 3
Date d'inscription : 10/12/2014
MessageSujet: Re: [P] Tableau inachevé   Mer 17 Déc - 18:29

Merci pour ton commentaire Meredith que je prendrais le temps de lire calmement quand j'aurai les idées plus claires, je poste surtout suite à un message du mammifère.

Tout d'abord, la grenouille tient à faire des excuses car elle a du mal à s'exprimer surtout avec de la fièvre et une migraine. Faute à mon ignorance, j'ai fait une erreur qui a du être mal comprise par nombreux d'entre vous (Merci au Surry de m'avoir prévenu)
Parce qu'en réalité, j'aime la globalité de votre forum, et je n'ai aucune raison de le rabaisser ou le critiquer.

Sur ce, je vous dois des excuses pour mon message et parce que je suis une illettrée.
Je suis tellement désolée... Mais j'dois y aller, j'ai un train à prendre pour m'exiler en Antarctique ~
 
Lullaby

avatar

Connasse
Féminin Messages : 508
Date d'inscription : 28/07/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: [P] Tableau inachevé   Mar 24 Fév - 17:53

Voilà après trois cents ans je commente : J'aime beaucoup, c'est poétique, à la fois beau et triste.

J'ai pas grand chose à rajouter au commentaire vraiment complet de Rimi si ce n'est :

Rimi a écrit:

Têtard a écrit:
prêt à répéter son rite perpétuel
répéter (refaire quelque chose)
+ rite (idée de répétition sur la durée)
+ perpétuel (idée de continuité)
Ces trois mots n'expriment pas tout à fait la même chose, mais ils sont quand même un peu lourds si tu les mets tous les trois.

Je ne suis pas d'accord, je trouve que ça appuie l'idée de répétition sans pour autant être lourd. mais bon après ça reste subjectif.

J'ai hâte que tu reviennes nous poster d'autres textes Têtard ^^.





Et pour me lire, jetez un coup d'oeil ici.

"En bref, j'aime ces lunettes !" Kyoukai no kanata (ouais ça m'a marquée)



 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [P] Tableau inachevé   

 
 

[P] Tableau inachevé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le tableau inachevé
» [P] Tableau inachevé
» Tableau d'Honneur 1914-191-19
» Allègement d'un vernis au polyuréthane sur un tableau . (solubilité)
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Autres-