Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 La Vile Mascarade [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Achnologia

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 02/11/2014
Localisation : Porté dans les cieux par mes grandes ailes noires.
MessageSujet: La Vile Mascarade [P]   Ven 19 Déc - 14:33

Bijour :3
Je l'avais déjà proposé sur EN mais parce que l'écriture est sans frontières je voudrais également partager avec ZE mon livre de Poésie intitulé "La Vile Mascarade" dont je compte inclure à peu près 12 poèmes (36 si l'inspiration ne me lâche pas ~). Je vous propose de lire le premier.

______________________________________________________

Tissage invisible, cela les rend sots, prévisibles. Masque sous le masque, berceuse illusoire, onirique, chimérique, putride république, toile inflexible, filet chapardeur voleur du soir. Guerre planante au-dessus des têtes, le pouvoir, le triangle, s'enchaînant littéralement, un cycle sans fin, véridique de par leur faim. Plume de lumière, dénonçant les cœurs de pierre, les arènes aux estrades de papier, le sang versé, les corps déchiquetés, les âmes perturbées, plume de lumière n'ayant peur de se soulever, de partager la parole de Voltaire. Etoiles inaccessibles, bientôt la fin ? Camouflée dans les buissons au feuillage d'acier, une solution. Les entités se cachent et sont cachées, "pour le bien de l'humanité" s'écrient-ils, les têtes s'empilent aux pieds de ces imbéciles aux mots futiles. Un fluide rubicond, présage de mort, symphonie chaotique, mais aussi source par laquelle s'engendre la vie. Les "élus" attendent une venue, s'estompant dans la pénombre, ils n'ont pas le contrôle ils n'en sont que l'ombre, les corbeaux se posent, cris de folie, uniformes meurtris, tranchées macabres où s'effacent les vies, la face camarde du spectre se montre, les alouettes cessent leur chansonnette, ah ! Quelle douce euphorie ! Haletant d'anxiété, ne cessant de se méfier, des moutons égarés, tant de secrets dissimulés, tant de crainte éprouvée. Terreurs opiniâtres, inexorables, poursuivant les brebis qu'ils ne cessent de battre, monde putréfié, raison ignorée, Ô Pandore, qu'as-tu fait ? Ô Yahvé qu'as-tu créé ?

La Vile Mascarade, Manuscrit 1.


Dernière édition par Achnologia le Sam 20 Déc - 14:08, édité 1 fois
 
Achnologia

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 02/11/2014
Localisation : Porté dans les cieux par mes grandes ailes noires.
MessageSujet: La Vile Mascarade - M.2 [P]   Ven 19 Déc - 14:37

Et on enchaîne ~

______________________________________________________

De son teint brutal mais véridique se ressentait l’ardeur de la vie. Il me guettait, chaque jour qui passait, reflétant l’humanité, l’euphorique calomnie qui se tissait, peu à peu dans la société. C’était un voyeur, il était doté d’un esprit très philosophe à la fois riche d’expérience et de vie, il ne mâchouillait pas ses mots et n’hésitait point à nous faire des tableaux. C’était un modèle de sagesse, en ce monde, il n’y avait pas plus sage, il savait se taire quand il le fallait, sa perception du temps et de l’espace pouvait parfois paraître onirique, ces paroles pouvaient d’autres fois sembler chimériques, il jouait de ses mimiques sans pour autant en faire un cirque, il n’était du tout strict et privilégiait la communication et la compréhension à la méprise et à l’exclusion. Oh oui, qu’il était doux, sage et empli de bonté, la lumière des ténèbres il savait déceler. Veillant tel un vieux combattant plein de nostalgie en haut de la colline, Trônant sur les sept courants du Styx, il appréhendait la Pénombre et scrutait les lunes de Nyx. Les souverains ? Les empereurs ? Ces imbéciles heureux se croyant supérieurs, sacrifiant leurs pions pour une olive de plus ou de moins ? Lui pouvait détrôner ces moins-que-rien, d’un simple battement de cils, lui pouvait défaire les erreurs, d’un simple reflet. Il était parfait, il était l’idéal, l’espoir de Diderot, le Fils de l'Homme né des tonneaux. Toi qui images le monde de tes yeux affûtés, Ô doux Miroir donne-moi de ta clarté.

La Vile Mascarade, Manuscrit 2.


Dernière édition par Achnologia le Sam 20 Déc - 14:08, édité 1 fois
 
Achnologia

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 02/11/2014
Localisation : Porté dans les cieux par mes grandes ailes noires.
MessageSujet: La Vile Mascarade - M.3 [P]   Ven 19 Déc - 15:09

Troisième poème de la Vile Mascarade.

______________________________________________________

Qu'on le pende ! Disent-ils, lui qui est né de crasse et de vigne, c'était la mort que l'on distille, c'était la faux qui frétille, qu'on le brûle, qu'on le mette au gibet, la potence ou le feu, de ses yeux étincelait la flamme de l'honneur. Lui qui a tué pour ne pas être tué, qui a volé pour ne pas être fauché, rescapé, réchappé des bas fonds de cette putride société, ayant vu s'élever la morbide, la Vile Mascarade. Il a tout pris, a tout consommé, consumé, il connait le deal, il dort dans la poudre, son teint devient blême, son âme s'assombrit, des tréfonds pénombriques se tissent la noirceur de la nuit, il ne craint pas la foudre mais rêve plutôt du Paradis, car dans sa tête tout est déjà fini, tout est déjà tracé, il rêve du lendemain, espérant qu'on lui tende la main, en sachant néanmoins, qu'il n'en sera rien. Car dans les détroits macabres, cette fripouille s'est forgée, espérant le plus onirique, et pour rien au monde il sera le petit fils de la putride République.

La Vile Mascarade, Manuscrit 3.


Dernière édition par Achnologia le Sam 20 Déc - 14:09, édité 1 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1327
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: La Vile Mascarade [P]   Sam 20 Déc - 12:56

Je me suis permise de fusionner les trois sujets et de les déplacer dans la catégorie "Anthologie" qui convient mieux à un projet de recueil de poèmes.

Déjà, je tiens à dire que j'ai été agréablement surprise, la poésie est plutôt un domaine qui te réussit Wink

Voici mon avis pour chacun des trois textes :

Premier :

Beau travail pour les sonorités, le rythme et le vocabulaire. Il y a une certaine ambiance qui se dégage, un univers violent, froid et métallique. On devine une satire de la guerre même si je ne comprends pas toutes les images ni le rapport des références (l'idée c'est que la figure religieuse, Yahvé, est le responsable parce qu'il a créé les hommes et Pandore incarne la tendance de l'homme à s'autodétruire ? Par contre, pour Voltaire, je sèche un peu... l'image de la guerre dans Candide ?)
Une petite critique : beaucoup d'énumérations à mon goût qui ont fini par m'agacer. Sinon, bravo, c'est drôlement bien.

Deuxième :

Celui que j'ai le moins aimé des trois, je sais pas trop pourquoi. En gros si j'ai bien compris, c'est un portrait d'un homme qui par sa sagesse et son côté "philosophe des lumières" pourrait prendre le pouvoir à la place des grosses brutes qui s'entre-tuent ? Et le "miroir" de la fin suggère que c'est le narrateur qui se décrit lui-même ?

Achno a écrit:
le Fils de l'Homme né des tonneaux

Diogène ?

En fait, après l'avoir relu j'aime bien ! Je te remets même une mention spéciale pour :

Achno a écrit:
Oh oui, qu’il était doux, sage et empli de bonté, la lumière des ténèbres il savait déceler. Veillant tel un vieux combattant plein de nostalgie en haut de la colline, Trônant sur les sept courants du Styx, il appréhendait la Pénombre et scrutait les lunes de Nyx.


Par contre juste une réserve pour :

Achno a écrit:
ces paroles pouvaient d’autres fois sembler chimériques, il jouait de ses mimiques sans pour autant en faire un cirque

J'aime pas du tout ce passage, on dirait que tu as choisi les mots avant d'écrire et c'est une bonne technique mais il faut pas que ça se voit sinon ça n'a servi à rien ^^
L'écriture en poésie, c'est faire passer un truc hyper travaillé et technique pour naturel.

Troisième :

Mon préféré. Là, le rythme est vraiment bien et les sonorités aussi mais il n'y a pas trop d'énumérations comme dans le premier poème, d'autant qu'elles passent mieux avec l'impératif qui donne un côté très violent donc très rythmé.

Mention spéciale :

Achno a écrit:
né de crasse et de vigne

C'est une jolie image, ça fait un peu Bacchanale ^^

Bref, je comprends pas tout mais en poésie c'est plutôt mieux de garder une ambiance plutôt que de savoir à quoi tout correspond Smile
Donc beau travail, j'espère que tu arriveras à continuer ~

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Vile Mascarade [P]   

 
 

La Vile Mascarade [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Winter, A. B.], La grande mascarade
» la mascarade d'Apt ( luberon vaucluse )
» Jour de Colère : La Mascarade
» La Camarilla
» Ville Morte a Uvira

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits longs :: Anthologies-