Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 [P] Le petit coin de vallée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Darlinglïng

avatar

Gradada, Maid d'Isku et Maîtresse des thés
Messages : 77
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 120
Localisation : Cape Cod // Ireland
MessageSujet: [P] Le petit coin de vallée   Mar 30 Déc - 19:02

Enfin un texte que j'ai plaisir à reposter ! Demandé par Dys.

Le vent soufflait doucement. C'était un petit cimetière sans prétention, un petit cimetière de village. Les gens qui y dormaient avaient été de braves personnes, exécutant leur travail avec simplicité.  Le petit cimetière ne brillait pas car il n'y avait pas de soleil. Au contraire, une mer de nuages cotonneux s’amassait par dessus les tombes. Il n'y avait pas de veuves éplorées, ni d'enfants effondrés. Il y avait juste une forêt de croix. Sur chacune des croix, il y avait un nom. Et sous chaque nom, une personne. La première tombe du cimetière était en marbre blanc veiné de noir. Elle ne brillait pas car il n'y avait pas de soleil. Elle avait une croix, un nom et une personne. Mais ce n'était qu'une tombe d'une brave femme, qui avait exécuté son travail avec simplicité.

Les croix formaient une petite allée sans prétention, qui menait directement au saule pleureur du fond. Il n'y avait pas de veuves éplorées ni d'enfants effondrés parce que le saule pleurait. Ses branches caressaient doucement le brave petit ruisseau. Cela formait des rides qui glissaient jusque plus loin puis disparaissaient dans le courant tranquille du petit ruisseau. C'était un chemin pour des petites gouttes d'eau sans prétention, qui voulaient simplement se laisser porter. Les cailloux que l'on apercevait à travers la fenêtre de gouttelettes ne brillaient pas car il n'y avait pas de soleil. Au contraire, ils mangeaient la tristesse du saule et des veuves éplorées et des enfants effondrés du simple petit village. C'est pourquoi le saule ne pleurait plus. C'est pourquoi les cailloux semblaient briller. Ils luisaient de larmes. Ils attendaient que les baleines viennent les chercher et les emmènent dans la grande mer. Mais ce que les petits cailloux ne savaient pas, c'est que les petits ruisseaux n'hébergent pas de baleines, que les petits cailloux ne sont pas fait pour la grande mer. Les petits cailloux écoutent simplement les veuves éplorées, les enfants effondrés, le saule et le ruisseau.

Si l'on s'éloignait des simples petits cailloux, on pouvait voir le mur de briques. C'était un petit mur de briques rouges, couvert de lierre et de plantes grimpantes. Le petit mur était caché. Il ne brillait pas car il n'y avait pas de soleil. Le petit mur rêvait tout seul. Il pensait aux baleines, aux cailloux, aux saules, aux ruisseaux, aux forêts de croix, au brave petit village. Le petit mur aimait bien être caché. Les enfants du brave petit village ne venaient pas l'embêter parce qu'il était invisible. Il rêvait , il était le petit mur invisible. Une fois en été, quand il ne brillait pas car il n'y avait pas de soleil, une jeune fille en robe blanche s'était assise. Et alors elle avait découvert le petit mur caché sous le lierre et les plantes grimpantes. La fille n'avait pas arraché tout pour découvrir les briques rouges. Elle avait écouté les rêves du petit mur et elle était partie avec les baleines en glissant dans les rides du petit ruisseau. Elle était une petite goutte.

Derrière le petit village, il y avait la colline. Et dans le creux de la colline, il y avait une forêt. Mais dans le forêt, il n'y avait pas de cimetières, de baleines, de cailloux, de veuves éplorées, d'enfants effondrés, de croix, de rides, de gouttelettes, de ruisseau. Il y avait des arbres. Des arbres vides. Ce n'était pas des arbres, c'était une forêt.

Le vent soufflait doucement. Les clochettes des perces-neiges dingelinguaient. Le saule ridait le ruisseau, les cailloux rêvaient à l'unisson avec le petit mur.


Dernière édition par Darlinglïng le Jeu 1 Jan - 20:22, édité 1 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1327
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: [P] Le petit coin de vallée   Jeu 1 Jan - 20:08

En fait, quand je parlais d'un TPCF détourné, je parlais plutôt de celui-ci :')
Les TPCF sont d'une simplicité qui me désarme et me laisse un peu sur ma faim la plupart du temps. Je finis par m'ennuyer de ces descriptions innocentes et sans morale.
Mais ce texte est le meilleur de tous les TPCF que j'ai lus jusqu'à présent. Parce que pas un instant on ne s'ennuie et que quand on en sort, on a une impression de sérénité mais avec une pincée de mélancolie que ne contiennent pas la plupart des TPCF.

C'est innocent et beau et en même temps il y a cette petite amertume délicieuse qui pointe subtilement. Les répétitions sont super bien amenées, il y en a pas mal mais on n'a pas l'impression qu'elles nous agressent.  

Et sonorement, c'est doux et rythmé, c'est... parfait.

Je suis fana de ce texte

Mentions spéciales :

Dada a écrit:
Ce n'était pas des arbres, c'était une forêt.

Dada a écrit:
Il n'y avait pas de veuves éplorées ni d'enfants effondrés parce que le saule pleurait.

Dada a écrit:
Mais ce que les petits cailloux ne savaient pas, c'est que les petits ruisseaux n'hébergent pas de baleines, que les petits cailloux ne sont pas fait pour la grande mer.

Sinon, juste un détail qui m'a interpellée :

Dada a écrit:
Derrière le petit village, il avait la colline. Et dans le creux de la colline, il avait une forêt

Si tu l'avais fait une fois, j'aurais rajouté un "y" sans me poser de questions, mais c'est normal ce "il avait" ? Neutral



Dernière édition par Meredith Epiolari le Lun 18 Jan - 21:12, édité 1 fois
 
Darlinglïng

avatar

Gradada, Maid d'Isku et Maîtresse des thés
Messages : 77
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 120
Localisation : Cape Cod // Ireland
MessageSujet: Re: [P] Le petit coin de vallée   Jeu 1 Jan - 20:21

Merci pour tous tes commentaires, Mery Isku in love !
Ça me fait vraiment plaisir, étant donné que c'était mon premier TPCF et que je savais pas si je m'y étais pris comme il fallait...Merci, merci, ça me fait chaud au coeur !

Pour te répondre, non ça n'est pas normal, je ne sais pas où ils sont passés ! J'étais sûre de les avoir mis...Merci de me l'avoir fait remarquer, je m'en vais le corriger ~
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [P] Le petit coin de vallée   

 
 

[P] Le petit coin de vallée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» balade campagnarde dans un petit coin de la Loire
» un petit coin de jardin
» Petit coin d'Alsace
» Un petit coin de Paris.... Le mien !!!
» Jodoigne, petit coin perdu de campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: TPCF-