Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Philosophie de Baleine [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 493
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Philosophie de Baleine [P]   Jeu 1 Jan - 18:36

Muse du jour : Dys ().
J'ai l'honneur de vous présenter le 100ème texte de Zéphyr Embrasé !

Citation :
ACTE UNIQUE

SCÈNE UNIQUE. THÉOBALD, PHALAINIE

THÉOBALD

La plaine dorée s'étend devant moi, et derrière moi se trouve l'océan.

PHALAINIE

L'océan ?

THÉOBALD

C'est de lui que tu proviens. Ne sais-tu rien sur lui ?

PHALAINIE

Rien du tout.

THÉOBALD

Il n'existe déjà plus.

PHALAINIE

Qu'est-ce-à-dire, Théobald ?

THÉOBALD

Ce que je ne regarde plus disparaît.

PHALAINIE

Comment le sais-tu ?

THÉOBALD

C'est un fait.

PHALAINIE

Que se passera-t-il si je regarde là où tu ne le fais ?

THÉOBALD

Tout réapparaîtra.

PHALAINIE

Tout ?

THÉOBALD

J'en suis aussi persuadé que tu es une baleine. Peux-tu nier ta condition terrestre ?

PHALAINIE

Aucunement... Je suis donc une baleine, c'est cela ?

THÉOBALD

Oui.

PHALAINIE

Que font les baleines de leur temps et de leur vie ?

THÉOBALD

Elles nagent et parcourent l'immensité bleue qu'est l'océan.

PHALAINIE

Nous en revenons à l'océan.

THÉOBALD

En effet. N'est-il pas source de toute vie, tout être n'a-t-il pas envie d'y retourner ?

PHALAINIE

Je vais donc regarder dans ton dos. Tout est réapparu.

THÉOBALD

N'est-ce pas exactement ce que je disais ?

PHALAINIE

Tu as dis que ce que tu ne regardais pas disparaissait.

THÉOBALD

Et que si toi tu regardais tout réapparaîtrait.

PHALAINIE

Tu t'es donc toi-même contredit.

THÉOBALD

Comment puis-je être sûr que ce que tu dis est vrai ?

PHALAINIE

Tu ne le peux.

THÉOBALD

Ainsi, j'ai une théorie. En effet, même si l'Univers veut me le cacher grâce à des personnages comme toi, le monde a été fait pour moi, et moi seul. Aussi ne peux-tu rien voir, car tu n'es qu'illusion. Et si d'aventure je cherchais à vérifier qu'il n'y a rien derrière moi, l'Univers réapparaîtrait. Ce que je vois existe car je détermine ce qui est nécessaire.

PHALAINIE

Doit-on forcément – je parle de l'Univers – ne faire exister que ce qui est nécessaire ? En admettant que je fasse partie de cette théorie, pourquoi l'inutile, le futile ne pourrait-il pas prendre forme ?

THÉOBALD

Je considère futile et dispensable ce qui n'existe pas.

PHALAINIE

Voilà qui est plus logique.

THÉOBALD

Si je me retourne à présent et que je te fais dos, tu n'existeras plus, car tu fais en réalité partie du décor.

PHALAINIE

Mais si je peux toujours te parler ?

THÉOBALD

Alors ce sera que l'Univers tente de m'embrouiller. Même si tu n'existes plus, du son sera émis de nulle part, pour me faire croire que j'ai tort. Surpris, je me retournerai, découvrant que tu es encore là. Mais, ayant fait volte-face, tu auras recouvré ton existence.

PHALAINIE

Que penserai-je alors ?

THÉOBALD

Tu ne peux penser ; tu es le fait de l'Univers. Tu es un élément du décor, te dis-je.

PHALAINIE

J'ai pourtant bien l'impression de pouvoir penser et agir de mon propre chef. Il ne me semble pas subir de retenue d'un mur quelconque. Si je veux bouger, je le peux.

THÉOBALD

En es-tu sûre ?

PHALAINIE

Je pense que oui.

THÉOBALD

Alors, bouge. Tu vois, tu ne le peux.

PHALAINIE

Tu as pourtant dit que les baleines parcouraient les étendues océanes.

THÉOBALD

C'est le cas. Et alors ?

PHALAINIE

Je dois pouvoir bouger pour faire cela.

THÉOBALD

Voilà qui me contredit grandement... plus que je le souhaite. Mais dis-toi que toi tu ne peux bouger. Quand bien même tu es une baleine, ce n'est pas pour rien que tu es en dehors de l'eau.

PHALAINIE

Je ne me souviens pas avoir jamais été baignée.

THÉOBALD

C'est sûrement car tu ne l'as jamais été. Ta vie se résume à être une baleine échouée sur une plage, loin de toute marée et sans espoir de retourner vivre là où tu le devrais.

PHALAINIE

Je ne peux m'y résigner.

THÉOBALD

Tu le dois pourtant.

PHALAINIE

Comment puis-je accepter que je ne suis rien ? Comment, après plusieurs années de vie sur cette plage, puis-je convenir et admettre que je ne suis rien ?

THÉOBALD

Tu n'es pas rien, Phalainie. Tu es l'Univers.

PHALAINIE

Non, je ne suis pas l'Univers. C'est l'Univers qui est moi. Quoi que je souhaite faire, c'est en réalité l'Univers qui souhaite. Cette façon de voir les choses, Théobald, si tu dis vrai, n'est que folie pour les membres de l'Univers. Ne souhaites-tu la réviser ?

THÉOBALD

Réviser ma théorie c'est avouer qu'elle peut être erronée. Je refuse cela.

PHALAINIE

Pense à moi, Théobald.

THÉOBALD

Pourquoi le devrais-je ? Si je suis d'accord avec moi-même, tu n'es rien.

PHALAINIE

Je ne suis pas rien !

THÉOBALD

Pourquoi serais-tu ?

PHALAINIE

« Cogito ergo sum » a dit le sage.

THÉOBALD

« Sum ergo cogito » préférais-je dire.

PHALAINIE

Comment peux-tu affirmer que je n'existe pas ? Quelle est alors ma voix ? D'où provient-elle si ce n'est du corps matériel, physique et palpable qui est le mien ?

THÉOBALD

Elle provient de l'Univers. Elle provient de ma tête et de mon imagination. Si ton corps semble palpable, c'est seulement car l'Univers a ses frontières ici.

PHALAINIE

Qu'est-ce-à-dire ?

THÉOBALD

À l'intérieur de toi, c'est le néant. La seule chose palpable en dehors de moi ce sont les limites de l'Univers.

PHALAINIE

Mais si on m'ouvre ?

THÉOBALD

Alors les frontières de l'Univers se modifieront et incluront ton corps.

PHALAINIE

Ainsi, tu insinues que je possède un corps sans qu'il puisse être existant dans cet univers.

THÉOBALD

C'est ce que je pense.

PHALAINIE

Où existais-je, alors ?

THÉOBALD

Dans un autre univers.

PHALAINIE

Lequel ?

THÉOBALD

Je n'en sais rien ; car je ne connais que cet univers-ci. Peut-être ton univers est-il centré sur toi comme celui-ci l'est sur moi. J'existe donc ici, mais pas dans ton univers, où je ne suis qu'un élément du décor. Comme tu l'es ici.

PHALAINIE

Est-ce possible à vérifier ?

THÉOBALD

Je ne pense pas que ça le soit. Mais cela expliquerait ta capacité à penser et à agir de ton propre chef.

PHALAINIE

Et cela conforterait ton hypothèse dans le même temps.

THÉOBALD

Si tout le monde est gagnant, qui peut s'en plaindre ?

PHALAINIE

Dieu. Les dieux sont tout.

THÉOBALD

Les dieux ne sont pas tout, Phalainie. Ce ne sont pas les dieux qui t'ont créée.

PHALAINIE

Alors, c'est Dieu qui peut s'en plaindre.

THÉOBALD

Cela serait légitime du fait de ses pouvoirs. Mais qu'en serait-il de son rôle ?

PHALAINIE

Son rôle ? Quel est-il ?

THÉOBALD

Veiller à la pérennité du monde.

PHALAINIE

Il y a plusieurs mondes.

THÉOBALD

Non : il y a plusieurs univers, qui constituent un seul monde.

PHALAINIE

Universel est plus important que mondial, pourtant.

THÉOBALD

Cela est uniquement dû à une idiotie humaine supplémentaire.

PHALAINIE

Mais pourquoi n'y aurait-il pas plusieurs mondes, s'il y a plusieurs univers ?

THÉOBALD

S'il y a plusieurs mondes, ils ne peuvent être interconnectés et Sont radicalement différents.

PHALAINIE

Peut-être peut-on passer d'un univers à un autre ?

THÉOBALD

Évidemment nous le pouvons !

PHALAINIE

Prouve-le-moi, en ce cas. Traverse temps et espace, deviens-en maître, et montre à la baleine que je suis que le sucre est source de vie.

THÉOBALD

Comment le pourrais-je ?

PHALAINIE

Va dans un univers sans sucre et remarque qu'il n'y a aucune forme de vie.

THÉOBALD

Les univers sont les mêmes, ainsi que je te l'ai déjà dit. Si tu veux un endroit sans sucre, va dans un autre monde.

PHALAINIE

Ainsi, on ne peut prouver ceci.

THÉOBALD

Mais je te prouverai que je peux dédoubler mon bras.

PHALAINIE

Soit ; va.

THÉOBALD

Hélas, je ne le peux de suite, car le dieux ne m'autorisent pas tous les jours à changer d'univers.

PHALAINIE

Quand le pourras-tu ?

THÉOBALD

Je ne sais.

PHALAINIE

Je m'ennuie. Te voir tenter de changer d'univers m'aurait distraite.

THÉOBALD

Je n'y puis rien, hélas.

PHALAINIE

Alors, rends-moi à l'océan.

THÉOBALD

Si tel est ton désir. Mais je me sentirai seul.

PHALAINIE

J'ai dit que c'était là que je devais être. Je ne fais que suivre ce que souhaite la nature. Rends-moi à l'océan.

THÉOBALD

Soit. Mais es-tu bien sûre de ne pas vouloir y réfléchir à nouveau avant ?

PHALAINIE

Je n'ai plus aucune raison de rester ici.

THÉOBALD

Tu m'as moi.

PHALAINIE

Oui, et je t'aurai dans mon cœur jusqu'à la fin de ma vie. Je n'ai donc pas besoin de rester à tes côtés.

THÉOBALD

J'ai envie de mourir.

PHALAINIE

Et si tu meurs, que se passera-t-il pour l'univers ?

THÉOBALD

Je pense qu'il disparaîtra après avoir implosé.

PHALAINIE

Ainsi tu ne peux te permettre de mourir.

THÉOBALD

Ainsi tu ne peux te permettre de partir.

PHALAINIE

Tu dois pouvoir survivre sans moi.

THÉOBALD

Ton absence serait une charge trop lourde pour l'essieu de mon âme.

PHALAINIE

Je ne peux pourtant chasser de ma tête l'image attirante de l'océan dont tu m'as parlé.

THÉOBALD

C'était donc une erreur que de t'en parler, tout décor que tu sois.

PHALAINIE

Ce n'était pas une erreur, car tu m'as redonné la joie.

THÉOBALD

C'était une erreur, car je t'ai perdue.

PHALAINIE

Ne peux-tu rien faire pour me sauver ?

THÉOBALD

Je ne le veux pas.

PHALAINIE

Il est pourtant de ton devoir de me porter assistance et d'aider une baleine à rejoindre l'océan dont elle provient.

THÉOBALD

Ainsi soit-il, alors. Espérons que l'univers persistera après ma mort. C'est triste, car j'avais compris la vie. Souviens-toi toujours d'une chose, Phalainie : « Sum ergo cogito ».



Gno Isku in love
http://i18.servimg.com/u/f18/18/91/82/29/fg10.jpg

partyski ! partyski !

https://www.youtube.com/watch?v=SD6hTkkU-Cs Isku in love

https://www.youtube.com/watch?v=ETbCiVi-AOE&feature=youtu.be
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Philosophie de Baleine [P]   Ven 2 Jan - 0:20

J'adore c'est plein de paradoxes mais en même temps c'est... sensé :')
La fin est trop triiiiiiste Sad

 
La Grenouille

avatar

Natalie Sodomie, égérie Dior
Féminin Messages : 125
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 26
Localisation : Dans un arbre
http://stopharcelementscolaire.over-blog.com/
MessageSujet: Re: Philosophie de Baleine [P]   Ven 13 Fév - 12:05

... Me faire pleurer avant la prise de mon antidépresseur, quelle grande idée !

J'ai trouvé le texte très beau, j'ai seulement regretté l'absence de didascalies parce que du coup j'avais un peu de mal à me figurer la scène mais c'est très beau dans le texte !
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philosophie de Baleine [P]   

 
 

Philosophie de Baleine [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une philosophie d'aimer
» lampe a huile de baleine
» lili la baleine verte
» La dissertation (pour devoir de français/philosophie)
» La Baleine tueuse (Killerwhale)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Scènes de Théâtre-