Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 La Lampe [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DSpiricate

avatar

Green Father
Masculin Messages : 311
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
MessageSujet: La Lampe [P]   Mer 28 Jan - 17:45

Qu’il est difficile de trouver ce que l’on cherche sur internet, et vous n’imaginez pas à quel point !

D’aucuns vont me dire « Tu ne sais pas chercher, tout est facile d’accès lorsque l’on fouille bien sur la toile » ; alors taisons une bonne fois pour toutes ces mauvaises langues par un exemple percutant, illustratif et… exemplaire !

Il y a quelques jours, par une belle soirée d’octobre, alors que le vent fouettait les battants de ma fenêtre, et que Cactus mon chat schizophrène crachait sur son reflet, je fus épris d’une magnifique lampe de chevet, si belle qu’à ce moment-là, je fus prêt à divorcer de ma belle et tendre Sylvie pour l’épouser elle !
Cette lampe de chevet, c’était le top du top, le must have, le « Si t’as pas cette lampe à 32 ans t’as raté ta vie »,… Enfin, vous avez compris. Elle était magnifique, resplendissante, divine ! Un chef d’œuvre architectural, mural et musical à la fois… L’harmonie de la nature, la symbiose de la vie, l’insertion même de la perfection dans un monde plus qu’imparfait !

Tout d’abord, elle était bleue – mais pas un bleu aussi banal que la mer et l’océan réunis ; non, LE Bleu Ultime ! Un bleu d’une cohérence si profonde que celui  qui, un jour, aurait eu le culot de me dire « C’est bleu… » d’une neutralité plus amère que le café corsé de ma grand-tante Augustine, se serait pris la gifle la plus terrible que j’eusse distribuée de ma vie – et mes enfants savent à quel point mes gifles font, d’ordinaire, de sérieux dégâts sur les joues des malintentionnées. Un bleu, disais-je donc, si violent dans sa composition, que le fixer quelques centièmes de seconde suffisait à éprouver un tel souffle d’allégresse, qu’on pensait alors que le malheur n’existait plus dans ce monde de débauche.
J’aurais par ailleurs tellement de mal à décrire cette nuance de bleu pur, car elle a si bien marqué mon esprit que je ne peux même plus me la représenter. Mais sa contemplation n’est que pur délice, je peux vous assurer !

D’autant plus que, chez cette lampe, il n’y avait pas que la couleur qui marquait l’esprit. Loin de là, même ! Car ses courbes, sa forme si légère, si élancée, si finement sculptée, eh ! bien, même Sylvie, qui est pour moi la femme la plus parfaite au monde, n’arrivait pas à un tel degré de perfection dans sa beauté. On pouvait lire dans la fluidité de ses lignes incurvées l’épopée extraordinaire de la vie, ou la naissance même de l’univers…
Ah ! la la, et que ne vous conté-je point encore la puissance merveilleuse de la lumière qu’exhalait son ampoule, aussi brillante qu’un cristal, ou bien la finesse et la souplesse incommensurables de son fil électrique, dans lequel l’âme même de l’électricité, berceau du monde moderne, transparaissait…

En tous points, cette lampe était la plus belle lampe du monde.

Alors oui ! au moment même où je l’avais aperçue, dans la chambre de ma voisine Claire – je ne me rinçais pas l’œil ; je rêvassais simplement à la fenêtre de ma chambre – j’avais su que c’était Elle. Elle, qui éclairerait désormais mes nuits et mes insomnies, Elle, que j’admirerais à longueur de journée, et qui, lorsque harassé par une vie d’inquiétude et d’angoisse, je me mettrais à sangloter, me réconforterait et me réchaufferait, dans la caresse de sa tiédeur sacrée.

Je m’étais donc juré, coûte que coûte, que cette lampe, je l’aurais dans les plus brefs délais. Et sans plus attendre, je me mis à sa recherche sur la source d’informations la plus complète que je connaissais : Internet.

À l’époque croyais-je encore en effet que, si quelque chose était réelle, alors on pouvait forcément la trouver sur la toile universelle ; car c’était pour moi le répertoire foutoir mondial, le capharnaüm exhaustif universel : le tourbillon du Tout. Un espace où rien n’existe pas qui n’existerait pas dans la vie réelle, tandis que ce qui existerait en vrai ne peut pas ne pas exister ici.

Alors quelle ne fut pas ma surprise en me rendant compte qu’après maintes vaines recherches, cette lampe n’apparaissait tout simplement pas sur internet ! J’avais beau tout tenter, chercher partout, sur tous les sites imaginables et avec tous les mots-clés les moins impossibles… Rien ! Pas même l’ombre d’une photo, pas même une simple référence à l’article… J’en tombais des nues ! Des jours, des semaines, des mois durant, je m’attelai à ma quête insensée, bravant tous les mystères insolubles, m’aventurant dans les recoins les plus sombres du dark web, risquant ma vie à moult reprises, baigné dans cet espoir fictif d’une futile piste, vers la victoire immense de la trouvaille !

Et plus le temps passait, plus mon obsession pour ce divin objet croissait. Je ne sortais désormais plus, ne dormais plus, ne passais plus de temps avec ma famille. Mon corps faiblissait, à cause d’une passion qui me dévorait. Alors un jour, devant finalement me résoudre que cet objet n’existait pas sur internet, j’éteignis mon poste, sortis de ma demeure et, ébloui par un soleil radieux, je me dirigeai, perdu, vers la porte d’entrée de ma voisine. Elle se tenait à sa fenêtre, rêveuse, lorsque je fis retentir la sonnette mélodieuse. Elle s’empressa alors d’ouvrir et je la saluai, puis elle me demanda ce qui m’amenait chez elle. Je lui répondis alors :

« Madame, cette lampe que vous avez à votre chevet, qui brille la nuit plus fort que les étoiles dans le ciel, qui se dessine par la fenêtre comme un ange invisible, je vous en prie, accordez-la moi, je suis prêt à tout pour elle !

- Une lampe ? Mais je n’ai pas de lampe à mon chevet !

- Mais si… Et cette lampe bleue que j’admire chaque jour en me levant, sous les rayons du soleil à l’aube ? »

Elle partit alors quelques secondes, et revint, illuminée par un sourire resplendissant :

« Mon cher voisin, cette lampe n’est pas une lampe ! C’est mon mari qui me l’a peinte ! »
En tout point => en tous points (j'émets un doute ^^)
foutoire => foutoir
je m’attelais => je m'attelai



 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1286
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Mer 28 Jan - 19:25

Oh... j'aime !

Déjà, une histoire d'amour avec une lampe c'est trop mignon et ça rend le personnage tout de suite sympathique avec un côté un peu pauvre type qu'on a envie de serrer dans ses bras :3
Beaucoup d'humour et de poésie mêlés ~

La chute est pas trop mal, je l'attendais avec impatience Smile

Mention spéciale pour cette phrase :

Ore a écrit:
mes enfants savent à quel point mes gifles font, d’ordinaire, de sérieux dégâts sur les joues des malintentionnées

Parce que c'est trop drôle d'imaginer que des joues puissent être animées par de mauvaises intentions xD

Si je devais faire un petit reproche :

Ore a écrit:
Un bleu, disais-je donc, si violent dans sa composition, que le fixer quelques centièmes de seconde suffisait à éprouver un tel souffle d’allégresse, qu’on pensait alors que le malheur n’existait plus dans ce monde de débauche.

Dans cette phrase tu as : "elle était si ... que ... une telle ... que". Le double zutcommentçasappelledéjà est un peu lourd mais le reste est vraiment génial, surtout quand tu parles des courbes de l'objet ;')



 
Tout ce que j'écris
Est vain, ridicule et insignifiant.
Vain comme mon amour,
Ridicule comme mon ambition
Insignifiant comme mon existence.
 
DSpiricate

avatar

Green Father
Masculin Messages : 311
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Mer 28 Jan - 22:16

Merci ^^

En fait ce ne sont pas les joues qui ont de mauvaises intentions, mais les enfants x') (donc on n'accorde pas avec les joues là x'D cependant je savais pas que malintentionné était en un mot ._.)

Pour le double superlatif, je voulais absolument exagérer les traits de la description pour tomber justement dans le too much, et que ça en paraisse complètement absurde finalement ^^'

(Et parce que j'aime faire mon chieur x'D : "je m'attelais" est bien à l'imparfait, l'action trainant dans le temps, et pour "en tout point"/"en tous points", les deux formes se disent x) )

En tout cas merci pour le commentaire ^^



 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1286
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Jeu 29 Jan - 18:44

Ore a écrit:
En fait ce ne sont pas les joues qui ont de mauvaises intentions, mais les enfants x')

Tu viens de briser un mythe, tu sais ? Sad

Merci pour tes précisions Smile



 
Tout ce que j'écris
Est vain, ridicule et insignifiant.
Vain comme mon amour,
Ridicule comme mon ambition
Insignifiant comme mon existence.


Dernière édition par Meredith Epiolari le Sam 1 Aoû - 11:40, édité 1 fois
 
La Grenouille

avatar

Natalie Sodomie, égérie Dior
Féminin Messages : 125
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 26
Localisation : Dans un arbre
http://stopharcelementscolaire.over-blog.com/
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Ven 13 Fév - 9:51

J'ai trouvé ça très "Pixar" (attention on sent le commentaire constructif). C'est vrai c'est typiquement le genre de scénario très mignon qu'on peut imaginer pour ce studio. J'ai trouvé le texte très bien tourné dans le sens où on en vient à oublier que ce n'est qu'une lampe dont il est question, on se dit que c'est quelque chose de terriblement plus important, presque une femme.

L'écriture est fluide, c'est très agréable à lire. On se laisse facilement porter par le texte.
 
Daemoon

avatar


Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Ven 31 Juil - 20:27

J'adore ! Ton style d'écriture est à la fois soutenu et familier, ce qui donne un tout très agréable à lire. Et puis c'est pas souvent qu'on entend des histoires avec une lampe étant l'un des personnages principaux, ça change Very Happy
 
Buki

avatar


Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 18
Localisation : Dans les méandres de son esprit
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Ven 7 Aoû - 15:28

Très bien écrit ! Et la chute m'a bien fait rire x)
Je ne sais pas si la chute est un clin d’œil aux tableaux de René Magritte mais si s'en est un, il est réussit !
Bravo !
 
DSpiricate

avatar

Green Father
Masculin Messages : 311
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Sam 8 Aoû - 16:32

Merci à vous ^^

La chute n'est pas un clin d'œil à Magritte, à vrai dire j'ai écrit cette nouvelle plutôt dans l'esprit de Francis Ponge et sa manière d'embellir les objets du quotidien ^^
Et pour la chute, c'était plus une manière de dénoncer l'illusion que peuvent parfois receler nos passions Smile



 
Buki

avatar


Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 06/08/2015
Age : 18
Localisation : Dans les méandres de son esprit
MessageSujet: Re: La Lampe [P]   Sam 8 Aoû - 17:36

Tu viens de briser mon utopie T_T
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Lampe [P]   

 
 

La Lampe [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Requete] Application Lampe Torche (HTC Desire)
» Les Enfants de la Lampe Magique
» sac, aumonière, plumier, lampe, agenda et rangement
» lampe en serviettage
» [Kerr, Philip B.] Les enfants de la lampe magique - Tome 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Nouvelles à chute-