Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Didon [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 496
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Didon [P]   Dim 1 Mar - 20:33

Ce n'est pas ma meilleure pièce et certaines choses sont sûrement encore à améliorer, mais je l'aime bien comme ceci. Isku content

--------------------------------------------------------------------------------

DIDON

Tragédie pour une Reine






Personnages
ÉNÉE, Rescapé de Troie ;
ANCHISE, Père d'Énée ;
DIDON, Reine de Carthage ;
IARBE, Roi de Numidie.






ACTE I
Scène 1

Énée débarque sur la plage, avec son fils à la main et son père sur les épaules.
ÉNÉE

Carthage, me voilà !

ANCHISE

Mon fils, posez-moi donc.
Je ne puis davantage me plaindre d'un moignon
Qui ne vous aide point à devenir un Roi.
Vous représenterez ici la belle Troie.
Agissez comme un Prince, exhibez seulement
Votre enfant, car c'est lui qui est notre avenir.
Mariez-vous, soyez Roi, et marquez votre temps.
Là est votre destin. J'ai un jour ouï dire
Que cette Cité vit et prospère sous le Règne
De la grande et belle Didon, reine immortelle,
Dont les cheveux d'ébène sont offerts à l'autel.
Alors qu'au loin paraissent les rives de Sardaigne,
Nous avons échoué chez les Carthaginois.
Serons-nous malotrus, serez-vous futur Prince ?
Si quiconque le sait, moi je ne le sais pas.
Soyons, très cher enfant, humbles : passons la since.
Ainsi vous obtiendrez ce que vous méritez,
Et serez apte à dire que vous me remerciez.

ÉNÉE

Au-dessus de nos têtes reste Poséidon.
Je vais sur-le-champ voir cette Reine Didon.

Scène 1
Énée et Didon parlent dans une pièce.
DIDON

Mon beau seigneur, ami, dites-moi donc comment
De cette admirable et magnifique cité
Vous fûtes ainsi que votre père et votre enfant
Sur nos beaux rivages de sable rejeté ?

ÉNÉE

Mon roman ne pourrait suffire à tout décrire
Et ce récit ne glorifierait nos héros.
L'horreur qu'apportaient nos ennemis dans leurs rires
Et de ces guerriers je ne serai le héraut.
Ainsi donc, chère amie, je ne pourrai vous dire
Ni vous conter ce que mon peuple a enduré
À l'arrivée d'Agamemnon, ce triste Sire,
Qui ravagea toutes nos côtes l'épée tirée.
Et dès lors je vais chercher de nouveaux domaines
Pour établir en de nouvelles contrées les lares
De ma Patrie. Je cherche encore à perdre haleine
Et malgré le temps passant, je conserve espoir.

DIDON

Je suis désolée de vous causer si grand peine
À votre cœur exposé à bien des malheurs.
Je pleure vos aïeux ainsi que vos marraines
Pour vous avoir quitté avant la fatale heure,
Rejoignant les cieux et les Dieux, vous attendant
Dans la plus pure des gloires immarcescibles,
Vos vénérables ancêtres les rejoignant
Et rendant ainsi leur vénération possible.
Essayez tout de même, vous en supplie
De me conter le récit des flammes sur Troie.
Il me plairait d'entendre le bois qui se plie
Et le fracas des armes tandis que je bois.
Contés par vos soins, je suis persuadée que
Les horreurs belliqueuses du sac d'une ville
Pénétreront mon esprit, ma tête si bien que
Je pourrai reconnaître ce lieu entre mille,
Me fiant seulement aux sons et aux images
Que vous me décrirez avec beaucoup de faste,
Mais point trop de mensonges ou de mirages :
Monsieur je vous en prie pas d'influence néfaste.

ÉNÉE

Lorsque les Grecs ligués entrèrent dans la ville,
Aidés dans leur attaque par un subterfuge
D'un de leurs preux seigneurs, Ulysse le subtil,
Tous ces vils traîtres avaient un cheval pour refuge,
D'où ils sortirent, assoiffés de mort et de sang,
Décidés à piller Troie et à assassiner
Hommes, femmes et enfants dans leurs beaux lits dormant.
Les destructeurs de leur fière et grande cité
Violaient, tuaient, brûlaient faubourgs, palais, temples.
Tandis que moi, Énée, fuyais portant l'épée,
Mon dos voyant se perdre les vêtements amples
Faits de lin, de soie, de somptueuses beautés.

Scène 2
Didon, seule dans une pièce, assise, se lamente, éplorée.
DIDON

Le soleil brille de mille feux dans les cieux
Mon amour dérobé puisse-t-il être guidé
Par le désir et la volonté de nos dieux
Portant son père depuis longtemps bien ridé.
Je contiens cependant la fureur qui m'anime,
Me découvrir moi-même et déclarer mes feux
En déguisant encor mon dépit légitime.
Je ne puis parler de mon amour malheureux.

IARBE
Entre dans la pièce et s'avance vers Didon.

Est-ce donc de moi qu'ainsi vous parlez, ma chère ?
Ces propos sortant de votre bouche m'émeuvent
Et peu à peu mon amour envers vous se libère ;
Et j'attends de votre cœur si beau une preuve.

Il fait une pause en voyant sa dulcinée éplorée, puis reprend.

Dites-moi donc la cause de tous vos tourments.
Je vois que votre cœur est chargé d'une peine
Indescriptible, lourde et vous bouleversant.
Que se passe-t-il dans votre esprit de Reine ?

DIDON

Mon cher, ma politesse n'est qu'une façade,
Et mes mots sont aussi durs et froids que les pierres.
Les malheurs sont tombés sur moi en cascade,
Et votre piètre insolence aussi vile que fière
Me blesse profondément. Partez ! Oui, partez.
Je suis lasse de ceci autant que de vous.

IARBE

Il faut donc que je vous aime pour accepter
Ce qui atteint mon cœur plus durement que des coups.

Il s'en va, tête baissée, épaules voûtées et saluant Didon, à la manière du courtisan qu'il est.

Scène 3
Énée sur la place où il vient de débarquer pour rejoindre Didon.
ÉNÉE

Dieux que le Vent souffle dans mes boucles dorées
Grandissant malheureusement marées et vagues,
Portant l'appel de détresse d'une éplorée,
Que je peux percevoir. Elle attend une bague,
Et sans tarder je la lui porterai, pensant
Que la vie ne fait aucun cadeau, que les Dieux
Si avides de sacrifices ne pouvaient tant
Voir dans le lointain, car ils avaient besoin d'yeux
De mortels capables d'agréablement voir
Si l'homme, par le Dieu en question possédé
Peut apercevoir le divin dans un miroir.
Je me languis ainsi d'être loin de mon cœur,
Transpercé de part en part de flèches d'argent,
Qui cruelles me font du mal j'en ai peur,
Et déchirent mes veines font couler mon sang,
Car au-delà de l'océan j'entends toujours
L'appel, le cri de la dame de mes pensées
Qui me somme tacitement de jour en jour
De revenir et de sa main lui demander.

IARBE
Rencontre Énée sur la plage.

Holà mon ami ! Dites-moi donc ce que vous
Faites sur notre terre, pour vous étrangère,
Qui de droit m'appartient, car je serai l'époux
De celle qui me fut promise par son père.
Vous l'aurez compris, c'est Didon qu'ici j'évoque,
Cette Didon qui ne vous a point retenu,
Celle qui, hélas pour vous, vous trouve équivoque.
En partant d'ici, vous lui avez tant déplu
Qu'elle souhaite jusqu'à ne plus jamais vous revoir.
Trépassez Dardanien rescapé d'une ville
Dont la reconstruction est œuvre sans espoir
Surtout si le projet est d'un être si vil !
Et vil vous l'êtes pour sûr, chien immonde, galeux,
Dont la Rage autour de lui fane Faune et Flore.
Que votre colère se déchaîne comme elle veut,
Car mon être tout puissant ne craint pas la Mort.

ÉNÉE
Courroucé, hors de lui et sortant son glaive.

Quels propos indignes d'un homme vous tenez !
Qu'Hadès vous damne et vous emporte dans les Enfers !
Taisez-vous, par Héphaïstos, ou vous mourrez !
Monsieur je m'insurge, vous goûterez au fer !
Et que Mars, Dieu de la Guerre, guide ma Lance !

Il jette sa lance mais elle n'atteint pas Iarbe.
IARBE

Vous dites de mes mots, mais que sont donc vos gestes ?
Vous mériteriez de danser à la Potence,
Pour que votre cadavre sur les routes empeste.
Si je peux me permettre, votre œil est berné :
Vous n'arrivez même plus à lancer un pilum !
Le Dieu de Guerre n'a que faire de vous, Énée.

ÉNÉE
Ayant repris son calme, commence à ironiser.

J'irai faire mes excuses sur le Forum

En s'inclinant, le sourire aux lèvres.

Au plus grand seigneur et futur Roi de Carthage,
Dont la grandeur étincelante nous surpasse.
Ô mon grand Prince, le plus beau de tous les âges,
Votre Or est comparable à celui de Midas !

IARBE

Ainsi, cher ami, vous devenez raisonnable !
Vous esprit ne s'égare plus en de vains lieux,
Et vous me promettez une amitié durable,
Sous le regard et l'égide de tous nos Dieux.

ÉNÉE
Se reculant.

Vous vous méprenez, prince digne des Enfers.
Mes propos ne cherchaient pas à vous glorifier.
J'allais dénigrant toujours votre cœur pervers,
Noir du mal impie auquel on ne peut se fier.

IARBE
Visiblement étonné.

Mon cœur souffre le martyr des jeunes Hébreux,
Et de ma ville natale je me souviens.
Ma grande douleur est telle celle de ceux
Qui furent massacrés par les Grands Dieux païens.
J'avais tort de croire que vous aviez changé,
Que vous vous mettiez donc sous mon protectorat,
Et qu'une amitié entre nous s'était forgée.
Mais c'est donc en vain que mon esprit espéra.
Vous avez pour une fois gagné, ennemi,
Mais mes propos vont de nouveau vous dénigrer.
Retournez donc chez les gueux pleurer votre mie.
Vous n'êtes point digne d'une telle beauté !

ÉNÉE
Furieux.

Point digne ? Fiez donc ! Vos dires sont mensonges !
Que pensez-vous donc ? Que de vous elle est éprise ?
Je vous assure, vous n'occupez pas ses songes.
C'est mon cœur qui en Didon étend son emprise !

Énée part, rengainant son glaive et laissant sa lance à terre.

Scène 4
IARBE
Seul, visiblement désespéré et dépressif.

Oui, Énée a raison. Elle l'aime plus que moi.
Comment ai-je pu dire une seule seconde
Qu'elle serait ma femme, que je deviendrais Roi
Qu'existerait un lien d'amour. C'est dans le monde
D'aujourd'hui que je vis, ici que je croupis.
Demain, il fera beau. Mais ce jour n'est que gris.
Je l'aime. Nul ne le sait. Je me fais passer pour
Un homme d'intérêts, qui oublie ses amours.
Mais en ce jour je sais. Je sais qu'il me faudrait
M'annoncer à elle comme un homme amoureux,
Non tel un prince avide qui souhaite ses doux yeux
Seulement pour finir sa collection dorée.
Énée m'a fait savoir sa douleur intérieure.
Je sais bien que c'est lui qu'elle aime et chérira,
Qu'un soir d'été elle soit prise de frayeur
Ou qu'un matin d'hiver elle ait froid à ses doigts.
Il ne me reste plus qu'une seule issue.
Le sacrifice, la mort, l'expiation absolue.
La fusion avec Eux, Eux mes bons créateurs.
Eux, la solution à ces problèmes de cœur.
Dieux vous m'imposez un sacrifice cruel.
Je ne sais plus quoi faire pour la conserver.
J'errerai donc seul, éploré, dans les ruelles
Où ma souffrance saura comment s'abreuver.
Cette arme à terre, celle de mon ennemi,
Va m'aider à laver mon honneur sanglant.
Que faire aujourd'hui ? Mon destin je le choisis,
Mais ce mariage est un cercueil où chaque enfant
Aurait été un nouveau clou dans le bois d'aulne
Qui ferment la bière qui à jamais s'engloutit
Dans la Mort, le symbole du grand Roi des Aulnes,
Devant lequel toute forme de vie s'enfuit.
Que faire à part mettre fin à mon existence ?
Je ne crains donc pas la mort ni ne la repousse.
Cette chose à terre sera ainsi ma chance,
Mais personne ne peut venir à ma rescousse.

Iarbe saisit la lance, la lève au ciel et, présentant la poitrine à la pointe de la mortelle arme, rejoint le Roi des Aulnes dans une sensuelle étreinte.

Scène 5
ÉNÉE
De retour dans la salle de détente de Didon de Carthage.

Ici vous étiez donc, Didon aux cheveux longs !
Votre chevelure m'éblouit tout autant
Qu'un lever de soleil sur le sol des saxons.
Mon genou se doit plier devant votre rang.

DIDON
Surprise et heureuse de le voir arriver dans la pièce.

Les Dieux doivent me garder sous leurs blanches ailes,
Sans quoi je me serais languie, ici, sans vous.
Pendant plusieurs années, je vous ai vu partout.
Finalement vous voici. Êtes-vous réel,
Ou n'êtes-vous qu'un songe, qu'un beau mirage
Envoyé par les Dieux pour me voir tourmentée ?
Eux mieux que quiconque sont conscients de mon âge
Et c'est pourquoi je les pense bien impliqués
Dans cette résurgence que je ne pouvais
Ni escompter, ni espérer, ni souhaiter.
Ma joie est plus qu'immense à votre vue, Énée !
Car à présent que me combler est votre souhait,
Dites-moi simplement qu'ici vous resterez,
Et que plus jamais vous ne m'abandonnerez.
Sans quoi je pourrai vous garantir défaillir
Sous les coups acérés du malheur et des ires
Du désir assassin et des foudres divines
Qui me font plus que tout oublier cette ruine
Dont vous m'avez déjà dit les péripéties
Et dont je peux sentir le malheur épaissi.
Énée, vous voilà près de moi et du destin.
Alors prenez ma main et suivons le chemin,
Car je n'ai nul savoir de quand vous partirez.
Je vous en prie, Troyen. Dites que vous m'aimez.

ÉNÉE

Ô digne souveraine, je ne peux le nier.
Je ne sais si mon cœur peut davantage aimer.
Je ne sais si mes yeux se peuvent contempler
Plus belle créature, plus belle dulcinée.
Mais malgré mes sentiments, je dois vous quitter.
Votre amour reste ancré en moi à tout jamais.
Pardonnez-moi, j'ai une tâche à m'acquitter.
Adieu, chère et tendre amie qui fut mon aimée.

Énée sort.

Scène 6
Didon est assise, elle se lamente, telle le Penseur.

Pourquoi le Monde d'ici est-il si cruel ?
Pourquoi faut-il donc que je sois abandonnée ?
Pourquoi tombent ainsi sur moi les foudres du ciel ?
Pourquoi en des lieux mauvais mon cœur est jeté ?
Un sort malheureux est tombé sur ma personne.
Je prends le glaive qu'Énée m'a laissé en gage.
Que mon grand cri de douleur résonne
Jusqu'à Énée, pour qu'à jamais il crie de rage.
Peut-on imaginer plus prétentieux que lui ?
Plus brut, qui rude que cet homme qui m'a fuie ?
Dans quelle position m'a-t-il aujourd'hui mise ?
Sur quelles relations a-t-il eu la mainmise ?
C'est par ta faute, Énée, qu'Iarbe s'est suicidé.
C'est bien toi que j'aimais, mais je ne puis t'aider
C'est toi qui m'a trahie, c'est toi qui me tueras.
C'est toi que j'ai suivi, toi le beau scélérat.
C'est ton glaive que j'ai, c'est Iarbe que je suis.
C'est la mort qui me voit, c'est sa faux qui se penche.
C'est son bras qui me tient, la nuit qui se poursuit.
C'est ton ombre qui part, les lueurs qui me tranchent.
C'est toi, mon parapluie, qui m'a tuée, encore.
C'est ton amour qui m'a fait succomber, encore.
C'est le bruit de tes pas résonnant au lointain
Qui me pousse à penser que c'est toi, le troyen,
Qui est la cause de ma mort, mon sacrifice.

Didon prend le glaive, l'enfonce en son sein.

Qu'elle serait ma femme, que je deviendrai Roi => deviendrais



Dernière édition par Iskupitel le Mar 16 Fév - 21:21, édité 1 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Didon [P]   Dim 8 Mar - 10:55

On sent bien que tu maîtrisais moins la versification au moment d'écrire ce texte qu'au moment où tu as écrit Germania par exemple, mais je suis toujours impressionnée de voir comment tu arrives à écrire aussi longuement en alexandrins Smile

On voit que tu as progressé en pointant les petits défauts de ce texte qu'on n'arrive même plus à voir dans tes textes actuels qui sont (presque) parfaits.

Tes rimes sont moins bien choisies que d'habitude mais bon, c'est tellement difficile que c'est toujours mieux que la plupart des poètes amateurs Wink

Beaucoup de propositions subordonnées, de répétitions du verbe "dire" qui n'est pas très recherché, de gérondifs sonorement pas très jolis et puis on sent quelque fois les astuces de gruge (que je connais pour en avoir moi-même abusé x) ) : les adjectifs d'une syllabe comme « beau », « fou », « grand », « vil » « fier », etc, et les conjonctions de coordination bouche-trous :')

Isku a écrit:
Mon dos voyant se perdre les vêtements amples
Faits de lin, de soie, de somptueuses beautés.

Un peu maladroit de s'attarder sur la beauté des vêtements en plein combat, mais soit xD

J'ai pas toujours compté les pieds mais il y a certains vers sur lesquels j'ai buté parce que le rythme m'a paru d'instinct un peu bancal comme ceux-ci :

Isku a écrit:
Qu'un soir d'été elle soit prise de frayeur


(11 pieds)

Isku a écrit:
Ainsi donc, chère amie, je ne pourrai vous directement

(14 pieds.)
Au vu de la rime, je suppose que le bon mot est « dire » ?

Isku a écrit:
Essayez tout de même, vous en supplie

Il manque un pied qui me fait dire que tu as oublié le « je » ?

Enfin malgré ces petits défauts qui ne font que montrer à quel point tu as progressé, je le répète, en te libérant des influences de tes lectures peut-être, j'ai passé une agréable lecture. L'action m'a paru quand même très rapide, et avant de lire le monologue final de Didon qui montre le magnifique paradoxe qu'il y a à suivre Iabre après avoir suivi Énée, j'ai pensé que j'allais rester un peu sur ma fin. Mais le paradoxe est arrivé et m'a touchée en plein cœur

Mes mentions spéciales :

Isku a écrit:
Mais ce mariage est un cercueil où chaque enfant
Aurait été un nouveau clou dans le bois d'aulne

Comparer des enfants à des clous qui ferment un cercueil est une image tellement géniale xD

Isku a écrit:
Demain, il fera beau. Mais ce jour n'est que gris.

Le rythme est bien posé, c'est très doux Smile

Et le meilleur pour la fin :

Isku a écrit:
C'est toi, mon parapluie, qui m'a tuée, encore.

Cet anachronisme rappelle la présence d'Isku sur ce texte et sa fantaisie délicieuse : j'aime ! Wink

 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 496
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Re: Didon [P]   Dim 8 Mar - 12:05

J'ai failli croire que tu ne me commenterais jamais Razz
Merci de ces remarques constructives ! En effet ce texte commence à se faire assez vieux. Pour l'occasion j'ai rajouté une quarantaine de vers, parce que sinon l'histoire était vraiment incompréhensible. Je l'avais originellement écrit pour un exercice de civilisation latine, je me souviens ~

Quoi qu'il en soit, je dois répondre à deux ou trois trucs.

Meredith Epiolari a écrit:
Tes rimes sont moins bien choisies que d'habitude mais bon, c'est tellement difficile que c'est toujours mieux que la plupart des poètes amateurs Wink

Beaucoup de propositions subordonnées, de répétitions du verbe "dire" qui n'est pas très recherché, de gérondifs sonorement pas très jolis et puis on sent quelque fois les astuces de gruge (que je connais pour en avoir moi-même abusé x) ) : les adjectifs d'une syllabe comme « beau », « fou », « grand », « vil » « fier », etc, et les conjonctions de coordination bouche-trous :')

En effet, à la base je suis dramaturge, pas poète ^^
C'est la seule pièce que j'ai écrite en alexandrins, et décidément c'est largement archaïque et trop complexe.
C'est un peu comme si j'essayais de parler de pourquoi un esprit schizophrène est différent d'un esprit subissant un dédoublement de personnalité en tamoul. Dans ma tête se trouve tout le vocabulaire, mais en pratique il y a tant de contraintes extérieures que j'en suis réduit à ne rien dire. Je pense que je vais à l'avenir me recentrer sur des pièces en prose incluant, discrètement, une ou deux formes rythmiques assimilables aux vers ~

Dedarimi a écrit:
Isku a écrit:
Mon dos voyant se perdre les vêtements amples
Faits de lin, de soie, de somptueuses beautés.

Un peu maladroit de s'attarder sur la beauté des vêtements en plein combat, mais soit xD

Parce qu'Énée, lui, n'est pas en combat Razz Il ne fait que fuir, et il le fait pendant que c'est la panique et que tout le monde s'en contrefiche de sa présence. Il peut donc voir derrière lui la cité tomber en ruine, les vêtements brûler, les gens les portant également. Et le second vers montre, comme le soleil qui semble plus puissant lors du tout dernier rayon qu'il lance sur la terre au crépuscule, que Troie était une grande cité et que c'est sa beauté raffinée, qui fait contraste avec l'ardeur et la violence guerrières des Grecs, qui est la plus notable, comme s'il essayait de dire à Didon "Troie fut détruite, mais nous n'oublions pas sa beauté, son raffinement, ses beautés vestimentaire" Wink

Dedarimi a écrit:
J'ai pas toujours compté les pieds mais il y a certains vers sur lesquels j'ai buté parce que le rythme m'a paru d'instinct un peu bancal comme ceux-ci :

Isku a écrit:
Qu'un soir d'été elle soit prise de frayeur


(11 pieds)

Non, 12 ! Tu as fait une erreur en comptant ~
Il y a une syllabe entre "elle" et "soit", et une syllabe entre "prise" et "de".

Dedarimi a écrit:

Isku a écrit:
Ainsi donc, chère amie, je ne pourrai vous directement

(14 pieds.)
Au vu de la rime, je suppose que le bon mot est « dire » ?

En effet ^^ LibreOffice Writer m'a embêté plusieurs fois, à la fin d'une ligne, à me proposer "directement" au lieu de "dire", et donc quand j'ai appuyé sur la touche entrée pour passer à la ligne suivante, j'ai accepté la proposition de ce triste logiciel ~

Dedarimi a écrit:
Isku a écrit:
Essayez tout de même, vous en supplie

Il manque un pied qui me fait dire que tu as oublié le « je » ?

En effet, merci de l'avoir remarqué ~

Dedarimi a écrit:
Enfin malgré ces petits défauts qui ne font que montrer à quel point tu as progressé, je le répète, en te libérant des influences de tes lectures peut-être, j'ai passé une agréable lecture. L'action m'a paru quand même très rapide, et avant de lire le monologue final de Didon qui montre le magnifique paradoxe qu'il y a à suivre Iabre après avoir suivi Énée, j'ai pensé que j'allais rester un peu sur ma fin. Mais le paradoxe est arrivé et m'a touchée en plein cœur

Mes mentions spéciales :

Isku a écrit:
Mais ce mariage est un cercueil où chaque enfant
Aurait été un nouveau clou dans le bois d'aulne

Comparer des enfants à des clous qui ferment un cercueil est une image tellement géniale xD

Isku a écrit:
Demain, il fera beau. Mais ce jour n'est que gris.

Le rythme est bien posé, c'est très doux Smile

Et le meilleur pour la fin :

Isku a écrit:
C'est toi, mon parapluie, qui m'a tuée, encore.

Cet anachronisme rappelle la présence d'Isku sur ce texte et sa fantaisie délicieuse : j'aime ! Wink

Merci

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Didon [P]   

 
 

Didon [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le O Doudou Didon
» Henry Purcell
» LES HEROIDES d'Ovide
» pain de poulet ou dinde haché
» Malédiction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits longs :: Pièces de Théâtre-