Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Aigri sourire [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 496
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Aigri sourire [P]   Mer 6 Mai - 11:53

Je me souviens lorsque je t'ai adressé la parole. Je me souviens lorsque tu m'as répondu, arborant un demi-sourire. Là, j'avais vu une profondeur inattendue. D'une beauté discrète tu étais soudainement devenue une personne intéressante. De l'ombre tu avais surgi, de la fange tu t'étais écartée. De l'éclat blanc de tes dents sortit une personnalité complexe et juvénile qui, l'espace d'un instant, te fit paraître à la fois plus jeune, plus pure que quiconque, et plus âgée, plus mature.

Je me souviens lorsque j'ai suivi tes instructions, lorsque je t'ai fait rire, d'un rire souriant et franc qui semblait être lavé de tout passé. Tes yeux plissés scintillaient si fort que je ne pouvais plus te regarder. D'une beauté interdite tu étais soudainement devenue un monument phallique se dressant fièrement, faisant fi des courants aériens. Au sein de cette salle comble, tu t'étais élevée, et sous les rayons d'une lumière immaculée tu t'étais imposée à mes yeux, à ma pensée, à mon cœur.

La voilà à présent, à quelques pas de moi, refusant obstinément de regarder dans ma direction, de me faire un signe ou même de prendre ma présence en compte. Me voilà, moi, coi, pantois. Ses cheveux ramenés en queue de cheval dégageant son front. Pourtant, je ne sais comment, mon regard ne peut l'atteindre, ne peut se poser sur son visage, ne peut s'en approcher.

La voilà qui s'éloigne, qui se détourne de moi, plus encore que jamais, qui s'approche d'une amie, qui échange des banalités. Il semble que le temps soit beau, que les oiseaux soient jolis, qu'un chat soit sur un toit, qu'une grille soit mal fixée, qu'une plante ait été abîmée, qu'une voiture soit mal garée, qu'un garçon soit malade, qu'une fille soit mal habillée, qu'une pierre ait été déplacée, que les voiture bouchonnent, qu'un groupe fume de l'herbe, qu'une averse se prépare, qu'un enfant soit divertissant, qu'une goutte la touche, que l'amie doive s'en aller.

La voilà de nouveau, hésitant entre deux directions pour m'échapper, regrettant d'être ici, agitant ses jambes comme pour s'échauffer. Mon cœur se meurt, saignant, saigné, devant une telle demoiselle, à cheval entre sa fierté et sa gêne de m'avoir ainsi mis à genoux.

J'aime tes boucles d'oreille. J'aimerais pouvoir te le dire. Hélas, je sais que toute parole lancée vers ces bijoux sera repoussée ou emportée par le destin. M'en contenté-je ? J'y suis bien obligé. Autour de moi, tout se vide, tout s'évapore, et toi seule survis.

Je me demande comment les choses sont devenues ce qu'elles sont aujourd'hui. Je suis plongé dans l'incompréhension, dans l'ignorance, dans l'obscurité des barbares. Ai-je fait, Ô Déesse, quelque chose pour provoquer ta colère ? Dois-je t'implorer pour invoquer ta miséricorde ? Est-il une chose en ce monde qui se pourra te contenter ? Non. Je le sais bien, et toi aussi. Tu n'as rien fait en ma faveur, j'ai pris sur mes épaules tout le poids de ton désir, toute la pesanteur de ton amour, toute la masse de tes sentiments. Si, je dois l'avouer, mon amour était au moins équivalent au tien, ta responsabilité est incontestable. Ô dame, voilà la conséquence de ton existence. Te voilà accablée par le remords du sort jeté. Aurais-je pu l'éviter ? Diable non ! Tout provient de toi, je ne fus qu'un lama rouge ne pouvant plus voler, enchaîné qu'il était à tes moindres sourires. Tu m'as maudit, te voilà récompensée. Souffres-tu ? me voilà heureux. Saignes-tu ? me voilà ivre. Te meurs-tu ? me voilà comblé. À l'image ternie d'une femme engrossée, je te somme de prendre tes responsabilités. Cette souffrance infligée, à ton tour tu la ressentiras. Cette existence brisée, c'est toi qui la répareras. Quoi de mieux qu'une vengeance pour obtenir des réparations ?

Enfin, ton sourire se relève, tes pommettes se soulèvent, tes lèvres s'élèvent. Mais il est trop tard, et tes yeux te le disent. Ton sourire se dirige, d'un pas mal assuré, vers mon cœur ; mais il est trop tard, et mon cœur te le dit. Tes pieds te mènent aux miens ; mais il est trop tard, et le ciel te l'a dit. Peux-tu donc imaginer que je t'oublie si vite ? Toi très chère, te voilà au bord du ravin, à mi-chemin entre le terre et l'Enfer. Je suis plus fort que ce que j'étais ; je ne suis plus à tes pieds.

[–]

Après-propos:
 

ne peut s'en approche => approcher



Dernière édition par Iskupitel le Jeu 7 Mai - 18:49, édité 2 fois
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Aigri sourire [P]   Jeu 7 Mai - 17:58

Tu sais que tes textes me donnent envie d'aller voir la personne que j'aime et de la glorifier jusqu'à ce que la bouche me tombe ? xD
Tu as fait deux fois plus de textes souriants que prévu, c'est admirable et agréable Smile

Je voudrais m'attarder sur cette phrase :

Isku a écrit:
D'une beauté interdite tu étais soudainement devenue un monument phallique se dressant fièrement, faisant fi des courants aériens.

Toujours intéressant ce parallèle femme/monument phallique, ça crée un contraste à la fois perturbant et évident, c'est amusant Smile

Je me demandais si cette phrase était correcte parce qu'elle m'a l'air bizarre : "Moi voilà, moi, coi, pantois."

Magnifique rupture lorsque le narrateur cesse de s'adresser à la personne aimée pour en parler à la troisième personne (et inversement).

Dans ta superbe énumération "Il semble que", tu utilises quand même beaucoup le verbe être et c'est intéressant pour le sens mais moins sonorement à mon avis Smile

Isku a écrit:
Mais il est trop tard, et tes yeux te le disent. Ton sourire se dirige, d'un pas mal assuré, vers mon cœur ; mais il est trop tard, et mon cœur te le dit. Tes pieds te mènent aux miens ; mais il est trop tard, et le ciel te l'a dit.

Oh, que j'aime ce passage ! *.*

"Je ne suis plus à tes pieds" : ça sonne longtemps dans la tête, et tant mieux ~

Merci Isku :3

 
Iskupitel

avatar

Sire de Picardie, Souverain des Isles de Coupe et de Pitel
Masculin Messages : 496
Date d'inscription : 26/07/2014
Age : 20
Localisation : Ouest de la France
MessageSujet: Re: Aigri sourire [P]   Jeu 7 Mai - 18:16

Glorifie ton amour de la vie du moment, oui

Et je sens que la série des textes souriants n'est pas achevée : j'ai trouvé un filon, je vais l'exploiter jusqu'à la moelle Isku classe

« Me voilà, moi, coi, pantois » m'a l'air très bien, je ne vois pas ce qui te gêne ^^
... J'ai foiré le premier mot, désolé, je vais corriger ça ~
C'est parce que j'écris en cours, alors parfois c'est un peu rapide ~

Je suis ravi de t'avoir fourni une lecture agréable

 
Vivlevendhiver (Tom)

avatar


Masculin Messages : 135
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20
Localisation : Au fond d'un sweat orange
MessageSujet: Re: Aigri sourire [P]   Sam 16 Mai - 20:05

J'aime bien le passage "Il semble que pleins de trucs".
... Je suis incapable de lire une phrase entière. Mais les début de tes phrases sont très beaux. C'est super.
Sinon, je ne saurais dire mieux que ma chère Meredith : le "je ne suis plus à tes pieds" résonne encore un peu après, c'est cool.
(Nan en fait toutes les phrases résonnent, je vais me coucher x))









 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 284
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: Aigri sourire [P]   Mer 27 Mai - 19:27

Texte juste sublime, j'ai vraiment adoré ce texte . Il est juste magnifique.



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aigri sourire [P]   

 
 

Aigri sourire [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le sourire des marionnettes de Jean Dytar
» [Higgins Clark, Mary] L'ombre de ton sourire
» Léger sourire
» Merci pour ton sourire
» Triste sourire (pantoum)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-