Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 [S] Le monstre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: [S] Le monstre   Sam 18 Juil - 23:59

La lune brille, comme l’œil sévère d'une mère insatisfaite.

Phrase bancale. Papier griffonné. Roulé en boule. Direction corbeille.
L'enfant pose son front contre sa main. Elle aussi est froide. La fenêtre est ouverte ; on ne voit rien dehors, que deux lampadaires et la noirceur de la nuit. C'est beau. Il ferme les yeux. Juste pour sentir ses paupières se gonfler de larmes avant de les ouvrir, ne laisser qu'à deux petites gouttes le faux privilège de couler lentement le long de sa mâchoire.

Là-bas, juste sous sa fenêtre, il entend les autres parler. Il aperçoit même deux ombres, dans un coin. Il invente à leur place ce qu'ils se disent. Une des deux ombres s'est réfugiée dans les bras de l'autre. Il s'imagine. Des bras dressés contre le monde, contre la souffrance. Des mots pour sécher les larmes et envoûter les rires. Une odeur chaude, comme celle du lit le matin, quand on doit le quitter pour aller à l'école, une odeur qu'on emporte avec soi et dont on s'habille quand les autres sont trop près.

Le gamin soupire et s'aplatit brusquement sur sa table, mains sur la tête. Son front heurte le bois, il grimace et marmonne T'es con, une odeur c'est même pas ça, c'est rien, t'as jamais réussi à sentir puis il se redresse, saisit son stylo, veut jeter des mots sur sa feuille quadrillée, n'arrive qu'à tracer une ligne qu'il repasse des dizaines de fois jusqu'à ce que la feuille cède.

Ses mains se crispent, il ne sait pas quoi faire, il y a une bête qui le laboure de l'intérieur et qui refuse de sortir, il se griffe les tempes, il a l'impression qu'il y a la mort qui danse autour de lui, sirotant une vie après l'autre, un cri à la fois, chaque larme, délicatement, tranquille, il tousse, il voudrait vomir mais le monstre refuse et se roule en boule autour de son cœur, les dents fouillant au creux de sa gorge, des cafards grouillant dans son estomac.
Ses mains quittent brutalement ses tempes rougies pour s’agripper à la feuille et la déchirer, taillader la frustration qui a blanchi les cages bleutées et hurler en silence son indécente douleur.
Il sait qu'il n'y a rien à faire, qu'à patienter, s'empêcher de tressaillir au moindre contact, rêver de s'envoler, se peindre la peau et attendre que le monstre soit assez grand pour déchirer son ventre et tâcher de sang sa feuille, et puis espérer encore, ventre déchiqueté par les monstres. Hurler face au blanc aveuglant et écarter les bras dans la nuit en se répétant qu'un jour on s'échappera, y croire jusqu'à ce qu'on soit assez fort pour emprisonner à jamais la dernière chimère derrière les barreaux de la feuille noirâtre.
Et toujours danser yeux fermés.

...taillader la frustration qui a blanchie les cages bleutées=> qui a blanchi
 
Rêves

avatar


Féminin Messages : 126
Date d'inscription : 02/05/2015
Localisation : Perdue là où aucun GPS ne pourra me trouver
MessageSujet: Re: [S] Le monstre   Dim 19 Juil - 13:23

Il y a plein de jolies phrases qui se sont glissées dans ce texte (faut bien commencer un commentaire par quelque chose ^^)
(=>l'ordi que j'utilise en ce moment ne me laisse pas d'accès aux options d'édition d'un message, celui- ci sera donc un peu limité au niveau de la forme. Wink )

Kaw' a écrit:
"Ses mains se crispent, il ne sait pas quoi faire, il y a une bête qui le laboure de l'intérieur et qui refuse de sortir, il se griffe les tempes, il a l'impression qu'il y a la mort qui danse autour de lui, sirotant une vie après l'autre, un cri à la fois, chaque larme, délicatement, tranquille, il tousse, il voudrait vomir mais le monstre refuse et se roule en boule autour de son cœur, les dents fouillant au creux de sa gorge, des cafards grouillant dans son estomac."
Cette phrase est la plus longue et très représentative de l'agonie mentale du personnage (enfin, c'est une agonie mentale, pour moi ^^). C'est à cet endroit que le titre a pris tout son sens à mes yeux, que le "monstre" s'est clairement manifesté.

Kaw' a écrit:
"L'enfant pose son front contre sa main. Elle aussi est froide."
"Aussi"? Là, on peut chercher à quoi est comparée la froideur de sa main. Celle de la lune, de la nuit, de l'atmosphère, de son cœur...? J'aime bien ce flou, même si ce n'était peut être pas voulu, même si il correspond à une infime partie du texte.

Kaw' a écrit:
"Hurler face au blanc aveuglant et écarter les bras dans la nuit en se répétant qu'un jour on s'échappera, y croire jusqu'à ce qu'on soit assez fort pour emprisonner à jamais la dernière chimère derrière les barreaux de la feuille noirâtre."
C'est juste magnifique. Emprisonner le monstre en noircissant la feuille de l'encre de sa douleur.

Bref, ton texte me plaît beaucoup. Smile






La porte de nos rêves est celle de nos cauchemars.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1333
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: [S] Le monstre   Dim 19 Juil - 14:13

J'aime beaucoup rien que la première phrase, je ne la trouve pas bancale, elle raconte toute une histoire à elle toute seule.
Ensuite, j'aime bien les images utilisées et le côté flou avec la nuit, les ombres,les odeurs.
Par contre à partir de "Ses mains se crispent, il ne sait pas quoi faire", j'aime moins parce que... je crois que c'est trop violent pour moi ^^
La dernière phrase me laisse sceptique, je ne sais pas comment l'interpréter mais elle me plait bien Smile

Voilà, très beau texte, continue à écrire ~

 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 333
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: [S] Le monstre   Dim 19 Juil - 22:38

Rêves : pour citer, tu peux aussi écrire directement [quote*] ou [quote="machin"*] (la citation) [/quote*], sans les astérisques ^^
Merci pour ton commentaire :3 Pour le "aussi" c'est que j'ai pas pensé à l'enlever x')
(Au départ, voulant écrire mais ne sachant pas quoi, j'avais écrit comme première phrase "Il fait froid, dehors" parce que je me caillais, puis comme c'était bien une phrase bancale j'ai commenté mon début de texte et la suite a fini par venir, et en relisant j'ai eu l'impression que je me répétais dans mes textes donc j'ai changé la phrase :') D'où le "aussi" qui devait se référencer à la première phrase, mais que je vais laisser si tu aimes bien, et d'où la nouvelle première phrase qui n'est plus si bancale x) )

Epi : si j'oublie que ce n'est pas cette phrase qui était normalement bancale, on peut se dire que pour le perso, puisque cette phrase ne permet pas de faire sortir le monstre, elle ne sert à rien, n'a aucun sens, est bancale, ...
(Mwa je préfère la fin, en fait Rêves et moi on aime la violence °° //PAN/ Mais c'est sûr qu'un texte un peu violent mais pas pervers, ça n'a plus aucun intérêt Wink

Pour la dernière phrase c'est une phrase pour finir le texte qui avait un goût d'inachevé sinon, le "yeux fermés" peut signifier que le gamin tente d'ignorer le monstre et le monde puisqu'il fait en sorte de ne pas le voir, et puis yeux fermés=noir=nuit=infini/solitudeagréable/calme/beauté/liberté ; et danser, toujours l'idée de voler, de s' échapper, et d'ignorer le monde en riant~ Puis dans la danse il y a une sorte de violence, et si la nuit c'est calme ça peut aussi être un bon moment pour une sorte de violence, ou de sauvagerie, vwala. (En vrai c'était juste pour clôturer le texte hein. Mais on peut l'interpréter comme ça. )

Michi à vous deux
 
Daemoon

avatar


Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: [S] Le monstre   Mer 29 Juil - 0:33

"Jusqu'à ce que la feuille cède"
Un fragment de phrase simple mais pourtant si représentatif à mon avis. Ici, ce n'est pas seulement la feuille qui cède mais tout l'univers de ton texte et c'est là que commence réellement la violence. 

J'aime beaucoup la façon dont les éléments s'enchaînent, il y a tellement de phrases que je pourrais relever qui ont eu un impact sur moi, je les trouve fortes et pleines de sens.

Te lire est un plaisir, continue.
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [S] Le monstre   

 
 

[S] Le monstre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» papa monstre et bébés monstres!
» proverbe et monstre mythologique
» Le monstre [Safieddine, Joseph & Tom]
» un monstre sur la route
» machouillettes de monstre, meringues d'halloween

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-