Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 "A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vivlevendhiver (Tom)

avatar


Masculin Messages : 135
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 19
Localisation : Au fond d'un sweat orange
MessageSujet: "A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]   Mar 25 Aoû - 19:30

C'est une question de se réveiller tout habillé à 5h du matin après s'être endormi à 18h la veille.
Une histoire de Bob Dylan en pyjama qui se brosse les dents, tu comprends ? C'est trop subtil pour que tu y réfléchisses, en fait il faut marcher à côté du truc en faisant semblant de ne pas le voir, avec un petit sourire en coin. C'est la lumière d'un soir de jour de pluie et le goût des fraises, c'est l’enfilage d'un sweat gris. C'est partir à pied sur une route au lendemain d'une nuit blanche. Un air de fumée froide, de chaussettes vertes.
Tu devrais ressentir un froissement au creux de la poitrine, plisser les yeux, te mordre la lèvre peut-être si il fait nuit. C'est ce geste autour des épaules amies, et c'est aussi la fraîche solitude de l'aube en montagne, tu  vois. C'est un verre pas renversé et des groseilles au fond d'un jardin, comme une idée de champ sous un ciel nuageux. Quelque chose de la plage très tôt ou des bars très tard. C'est une panière de linge propre, c'est le revers au bas de ton jean et c'est un peu un porte-clé hibou. C'est une part de pizza à minuit. Ça s'approche sans vraiment s'y apparenter de conduire sous une averse, avec ou sans musique, et ça nécessite de s'être déjà roulé dans l'herbe mouillée.

que tu y réfléchisse=> réfléchisses
à pieds => à pied
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: "A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]   Jeu 27 Aoû - 22:34

La grande question de ce texte est : de quoi est-il question ?

"C'est une question de se réveiller tout habillé à 5h du matin après s'être endormi à 18h la veille."

Une question de décalage, une question comateuse.

"Une histoire de Bob Dylan en pyjama qui se brosse les dents, tu comprends ?"

Une question improbable, mais mignonne, familière et étrangère à la fois.

"C'est trop subtil pour que tu y réfléchisses, en fait il faut marcher à côté du truc en faisant semblant de ne pas le voir, avec un petit sourire en coin."

C'est une question difficile à attraper, un peu sauvage, espiègle, mais plus taquine que dangereuse.

"C'est la lumière d'un soir de jour de pluie et le goût des fraises, c'est l’enfilage d'un sweat gris."

C'est une question atténuée et pourtant éclatante, chaude, rassurante.

"C'est partir à pied sur une route au lendemain d'une nuit blanche. Un air de fumée froide, de chaussettes vertes."

C'est une question surréaliste, grandiose, douce, jeune, colorée.

"Tu devrais ressentir un froissement au creux de la poitrine, plisser les yeux, te mordre la lèvre peut-être si il fait nuit."

C'est une question douloureuse, mais belle.

"C'est ce geste autour des épaules amies, et c'est aussi la fraîche solitude de l'aube en montagne, tu vois."

C'est une question affectueuse, tranquille.

"C'est un verre pas renversé et des groseilles au fond d'un jardin, comme une idée de champ sous un ciel nuageux"

C'est une question positive, cachée, élevée.

"Quelque chose de la plage très tôt ou des bars très tard."

C'est une question d'espace et de temps.

"C'est une panière de linge propre, c'est le revers au bas de ton jean et c'est un peu un porte-clé hibou."

C'est une question qui sent bon, qui passe inaperçue, une question offerte et étrange.

"C'est une part de pizza à minuit."

C'est une question qui fait du bien.

"Ça s'approche sans vraiment s'y apparenter de conduire sous une averse, avec ou sans musique, et ça nécessite de s'être déjà roulé dans l'herbe mouillée."

C'est une question fraîche, humide, non conventionnelle mais pas marginale.

Je récapitule :

"Une question de décalage, une question comateuse. Une question improbable, mais mignonne, familière et étrangère à la fois. C'est une question difficile à attraper, un peu sauvage, espiègle, mais plus taquine que dangereuse. C'est une question atténuée et pourtant éclatante, chaude, rassurante. C'est une question surréaliste, grandiose, douce, jeune, colorée. C'est une question douloureuse, mais belle. C'est une question affectueuse, tranquille. C'est une question positive, cachée, élevée. C'est une question d'espace et de temps. C'est une question qui sent bon, qui passe inaperçue, une question offerte et étrange. C'est une question qui fait du bien. C'est une question fraîche, humide, non conventionnelle mais pas marginale."

Je crois que la question ne commence ni par "pourquoi ?", ni par "dans quel but ?", je crois que la question n'attend pas de réponse et je crois que je ne l'ai pas comprise non plus. Et si la question et la vie ne formaient qu'un ? "Vivre ?"

 
Eilift

avatar


Messages : 169
Date d'inscription : 01/09/2014
Age : 18
Localisation : Cloud of Unknowing
MessageSujet: Re: "A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]   Dim 11 Oct - 20:53

Oauh, je... Je sais pas, j'arrive pas à donner de mots. C'est incroyable et magnifique. Tu sais, je m'en veux de ne pas mettre connectée depuis août et j'aurais voulu lire ce texte plus tôt. Mais mieux vaut tard que jamais comme on dit.
Je n'arrive pas à trouver une phrase qui m'a plus plue que les autres et je trouve ça incroyable. Parce que beaucoup de textes que j'aime bien sont composés de peu de phrases que j'adore et d'autres -la plupart - que j'aime juste "bien". Et là, c'est tout le texte qui est incroyable et j'adore toutes les phrases. J'ai l'impression que ce texte pourrait me faire pleurer et sourire en même temps en fait ~
Et en plus, lire à côté ce que Rimi a écrit en réponse c'est magnifique /o/
Je vous aime toutes les deux, vous avez illuminé ma soirée ~
Continue à écrire Tom, je te lirai à l'heure pour commenter la prochaine fois :3
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]   

 
 

"A l'école, quand on m'a demandé d'écrire ce que je voulais être plus tard, j'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Question contrôleur de température (fermentation)
» LE LIVRE PERDU DES SORTILEGES (Tome 2) L'ECOLE DE LA NUIT de Déborah Harkness
» Montaigne
» Dessin que j'ai fais quand j'avais 12 ans
» Howard BUTEN - Quand j'avais cinq ans, je m'ai tué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Fragments-