Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 [S] Esquisse(s) nocturne(s)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 324
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: [S] Esquisse(s) nocturne(s)   Jeu 31 Déc - 4:05

_________La crête blanchie d'écume des vagues se tend vers le ventre rond de la lune ; l'une vêtue de blanc, l'autre enceinte, le monde semble hésiter entre la passion naïve et la sagesse bientôt désabusée. Assis en tailleur sur l'herbe humide, un garçonnet, pudique, ferme les yeux face à ces deux femmes amoureuses. Il n'y connaît encore rien, il ne sait pas s'il a le droit. A la place, il serre entre ses doigts un petit crayon de bois, un de ces crayons d'écoliers qui garnissent, inertes, les trousses sales. A ses pieds, des formes s'agitent sur des feuilles entre les ombres des herbes. Le tracé est hésitant, les personnages probablement maladroits. C'est ainsi qu'on dit, quand on ne sait pas s'ils sont naïfs ou effrayants et quand leur visage est caché par des ombres involontaires et quelques traits rageurs. Ils sont tous gris, comme la nuit, comme l'écume blanche et la lune ronde, comme la masse grouillante des gens faussement colorés qui ricanent le jour.
_________Là-haut, la lune a viré au noir et de grosses gouttes froides viennent heurter le front de l'enfant. Il sourit, tend son visage pâle vers le ciel. Ses cheveux dansent dans le vent. Une feuille s'envole et, dessus, une ombre grise, toute grise, encore innocente, abandonne la terre. Le petit garçon ouvre les yeux pour la regarder partir, seule, jusqu'à ce qu'une vague la happe.

_________Il se lève, quitte l'herbe et s'aventure sur les carcasses de pierres qui jonchent le sol, recouvrant la cicatrice qui sépare la Terre et l'Océan. Sautant de rochers en rochers, glissant parfois, écorchant sa peau fragile et la teintant de rouge, il atteint la chair tressaillante de l'Océan qui borde la plaie béante. Les rafales de vent et de pluie giflent son corps frêle, masse instable d'esprits frappeurs et de lutins farceurs, l'envoyant sans cesse vaciller vers la bête écumante qui précipite inlassablement son corps blessé contre les murs rocheux, hésitant toujours à le ramener sur la pierre glissante.
_________Finissant par s'asseoir, à la frontière de son monde, les jambes ballottant de l'autre côté, le garçon se penche sur ses feuilles et, concentré comme un enfant sous la dictée, trace des lettres un peu grossières.
_________Dis, pourquoi ? Ça n'a aucun sens. Ça n'a aucun sens, tout ça. Arrête-toi, cours sur la route, crache sur les bagnoles, tombe à genoux, vomis, enlace-toi sous les coups, crois en quelque chose, peut-être en rien, peut-être un rire, lève-toi, il y a du sang sur le bitume, c'est laid, pas à sa place, pas comme il faut, pas bien, les lumières s'éteignent, les lumières s'allument, c'est la fin, sèche tes cris, prépare-toi à vivre, écroule-toi, n'attend plus, tu n'as rien d'autre à faire, et puis bordel arrête tout, c'est ridicule, comme un doigt d'honneur dans l'éclipse, une rébellion pour le droit à la vie, dépose ta nausée enfin, c'est indécent, tu n'as rien suivi, rien compris, coupe-toi la gorge, gerbe debout face au vent, meurs, tombe et c'est tout.
La page est recouverte de l'écriture maladroite, alors le jeune garçon arrête d'écrire, roule soigneusement la feuille en boule et la lance à la mer.

_________Je croyais que je t'aimais, mais c'était toi qui avais raison, je ne sais pas aimer, j'ai jamais su, j'ai juste cru, j'écoutais ta voix riante, je cherchais en fuyant tes yeux trop bleus, et j'inventais le reste, les frissons, les brûlures, les paumes qui ne se referment que sur elles-mêmes, toi qui aimes dis-moi, est-ce que c'est comme ça en vrai, et puis la peur, la peur au creux des yeux, l'angoisse de s'approcher d'eux, de leurs gestes bruts, leur sourire faux, la terreur de les toucher, le rêve d'effleurer ta peau, sentir ton souffle, loin, loin des haleines des autres, ceux qui sont là, tout autour, ceux qui ne regardent pas, et aussi ceux qui regardent trop, tout ceux qui ne voient pas, ceux qui se pressent, ceux qui se serrent, tu sais, tous ces gens si colorés, criards, mais ils savent pas, il savent pas, ils sont comme moi, pas comme toi, moi je ne sais pas aimer, je ne t'aime pas, je ne sais pas aimer, je ne t'aime pas, je ne t'aime pas, je ne t'aime pas. Pas comme toi.
L'adolescent plie la feuille en avion, dessine des plumes d'oiseaux sur les ailes et l'envoie vers les cieux. Il ferme les yeux, pour que la lune puisse transformer le papier mouillé en oiseau marin - il sait qu'elle est un peu timide, malgré son gros ventre blanc de Père Noël recouvert de neige. Quand il soulève ses paupières, l'oiseau est déjà parti loin, trop loin pour être vu. Alors il prend une autre feuille.

_________Est-ce que ça se finira un jour ou est-ce que ce sera toujours comme ça, juste ça, n'y a-t-il pas autre chose, pourquoi l'acide ronge-t-il avidement les yeux et le ventre, pourquoi la lumière vacille-t-elle autour de toutes ces silhouettes perdues dans le désert, ce désert sans route qu'on emprunte tous chaque jour, et chaque jour un peu plus, un peu plus loin, un peu plus près peut-être d'une oasis, d'une fin, d'un précipice, de ce qui se cache derrière les tempêtes de cris bouchant tous les horizons, brouillant les voix et les sens à notre insu tuant les mots d'un coup de poing dans le cœur d'une hésitation d'un sourire gêné d'un regard lointain d'une goutte écarlate d'amour de mort d'un reste
_________Coup de vent. La main frissonne, la mine se casse. Le jeune homme s'immobilise un instant, puis se lève. Dressé devant cet espace instable aux allures irréelles d'infinis, son corps semble immense. Le géant tient dans sa main la feuille inachevée. Autour de lui, le vent continue à hurler et les gouttes de pluie se mêlent encore à l'écume qui se jette et se brise indéfiniment contre la roche.
La nuit agonise.

_________Un rayon de soleil traverse l'obscurité frémissante. Une feuille oubliée traîne sur la roche. L'eau se jette toujours contre la pierre. Sous ses sursauts de rage se cache un visage un peu trop jeune, un peu trop pâle, les yeux perdus dans la lune.
Comme un Icare mais sans les ailes, l'homme est tombé. Il ne reste que quelques souvenirs, des mots égarés jetés contre le vent et l'empreinte humide d'un corps d'enfant dans l'herbe.
La nuit se meurt.

toi qui aime => aimes
L'adolecent => L’adolescent
irréels => irréelles
l'emprunte => empreinte


Dernière édition par Kaw' le Sam 16 Jan - 3:21, édité 1 fois
 
Vivlevendhiver (Tom)

avatar


Masculin Messages : 135
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 19
Localisation : Au fond d'un sweat orange
MessageSujet: Re: [S] Esquisse(s) nocturne(s)   Ven 1 Jan - 12:41

Ça faisait bien longtemps que je m'étais éloignée du forum, moi... Je n'étais plus habituée à vos textes comme ça, j'avais oublié qu'il y avait encore des gens avec du talent, des gens qui écrivaient pour un but, une beauté ~

On ressent vraiment ton style (je cherchais un autre mot mieux mais c'est déjà laborieux de s'arracher aux moments cinétiques et mon esprit fluctue Sad ), à la fois dans le choix des thèmes et dans celui des phrases. J'aime bien, un peu plus le choix des thèmes mais je ne peux rien reprocher aux phrases de ce texte qui m'ont transportée dans la forêt battue par la pluie, j'avais l'odeur et la lumière des nuits sur les falaises face à un océan, un peu peur aussi, et puis toute cette noirceur autour de moi... vraiment sympathique en fait Wink (et beau, et puissant)

J'aime l'idée d'un l'équilibre au bord, de la mer déchainée et cette phrase : "Dressé devant cet espace instable aux allures irréelles d'infinis, son corps semble immense." * (Aux allures irréelles d'infinis, je ne m'en remets pas, c'est exactement les mots de l'océan)

Il m'a semblé grandir si vite, emporté dans les vagues, c'est triste...

Bon voilà, c'était le retour de la Tomme qui te remercie pour ce beau moment de lecture !
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1285
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: [S] Esquisse(s) nocturne(s)   Ven 1 Jan - 15:50

C'étaient de très belles images et j'imagine qu'il y avait plein de symboles très jolis ~

J'me posais juste une question : "leurs gestes brutes", c'est "leurs gestes de brutes" ou "leurs gestes bruts ?"

Bref, un texte sympathique, merci



 
Tout ce que j'écris
Est vain, ridicule et insignifiant.
Vain comme mon amour,
Ridicule comme mon ambition
Insignifiant comme mon existence.
 
Kaw'



Gni suprm
Messages : 324
Date d'inscription : 18/08/2014
Age : 18
Localisation : La tête sous l'oreiller
MessageSujet: Re: [S] Esquisse(s) nocturne(s)   Sam 16 Jan - 3:00

Merci Tom, tu repasses quand tu veux pour faire des commentaires aussi gentils :3 (Mais je viens de te rater donc c'est triste.)
Je suis contente que vous ayez apprécié, surtout que j'écris rarement en ce moment donc c'était un peu un fourre-tout soutenu par un squelette bringuebalant.
L'Océan étant un endroit magnifique, c'est un peu de la triche de l'utiliser :p Mais c'est vrai qu'en le relisant, ça s'approche d'un de ses visages, je sais encore écrire o/
Encore une faute tout moche, c'était leurs gestes bruts (bien que les deux vont), je vais corriger ^^ (Un jour, je ferai un texte sans faute. Un jour. Pour que tu n'aies même pas besoin d'éditer, ou alors juste pour le plaisir de rajouter le cadre vert.)

Merci à vous deux =D
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [S] Esquisse(s) nocturne(s)   

 
 

[S] Esquisse(s) nocturne(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rêverie nocturne
» Nocturne des Coteaux de la Citadelle - Liège - 3 octobre 2009
» ciel nocturne et filés d'étoiles
» Ballade nocturne.
» La Nocturne des coteaux - Liège - aura lieu le 3 octobre 2009...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-