Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 Loup Solitaire [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Achnologia

avatar


Messages : 11
Date d'inscription : 02/11/2014
Localisation : Porté dans les cieux par mes grandes ailes noires.
MessageSujet: Loup Solitaire [P]   Jeu 13 Avr - 1:58


L'ambiance dans laquelle j'ai rédigé.


     Il faisait froid, très froid. Je pouvais sentir le givre s'enraciner lentement dans mes gencives, plaquées contre mes lèvres alors devenues aussi glaciales qu'insensibles. Puis dans l'épais brouillard, je distinguai une étrange silhouette : était-ce un homme ? Un animal ? Ou juste un mirage dans ce désert blanc aux bordures intemporelles ? Il se trouvait là, au cœur de la tempête, comme une obscure clarté venant percer le cycle éternel de la brume d'hiver. Ses yeux scintillaient comme aucun œil n'a jamais scintillé et, debout sur ses trois pattes, traînant la quatrième, il avançait dans cette rage polaire, le crâne zébré de cicatrices, dans la neige qu'il piétinait puis imprégnait du sceau de ses pattes sanglantes.
     Il n'avait guère besoin de se blottir, le froid venait à lui comme un petit enfant venant se chauffer près du feu et, tandis que des tessons de verglas oscillaient du bout des longs poils argentés de sa fourrure grise, le temps semblait s'être interrompu autour de lui. Il s'arrêta, me fixa longuement. Au-delà des parois cristallines recouvrant ses globes oculaires, dans les tréfonds de ses pupilles, brûlait cette flamme, celle que tous les frissons parcourant mon corps à ce moment précis ne pouvaient et ne peuvent encore décrire. Puis, quand il eut fini de me transpercer du regard, et quand j'eus fini de contempler cette ardeur dans ses yeux, il poussa un cri, mais il n'hurlait pas à l'agonie, non, son cri était celui d'une bête divine dont le rugissement réveillait des volcans, asséchait les rivières et disloquait la surface de la terre. Son cri était un cri de victoire.

     C'est ainsi qu'il reprit sa marche sur ses jambes d'acier, le regard sulfureux, la fourrure rayonnante, dans une nuée glaciale qui ne pouvait répondre à ce sursaut d'arrogance, qu'en devenant à chaque seconde toujours plus intense. Un souffle aigre d'une violence sans précédent vit alors le jour, le vent constellé de glace fragmentée, propulsée d'une force colossale, vint lapider l'animal et emboutir ses muscles. Mais la bête restait de marbre, ne montrait aucun signe de fébrilité, continuait de cheminer dans ce sanctuaire hostile et froid.
     J'avançais d'un intérêt aveugle pour ne pas perdre de vue cet être qui ne pouvait qu'attiser ma fascination et, dans les minutes qui suivirent, sa volonté, sa fierté, cette flamme qui gagnait progressivement son iris se verraient enfin ébranlées. Dans un énième sursaut de colère, l'ouragan vint à bout d'une autre de ses pattes, l'animal fléchit, était-ce la fin ? La logique l'aurait prédit, mais à cet instant, là-bas, au cœur du cyclone, dans un combat titanesque opposant les forces naturelles à la détermination d'un simple mortel, la logique n'avait plus sa place, non, ce qui comptait à cet instant, c'était à quel degré pouvait exalter la lanterne de son âme.
     Il aurait pu se résigner, en ayant eu le mérite d'avoir parcouru tant de chemin, agoniser en paix et espérer la gloire dans un autre monde fabuleux aux frontières abstraites,  mais... Mais il a choisi de se relever, de se battre, il ne pouvait pousser son dernier soupir sans avoir vu scintiller le soleil une dernière fois, sans avoir pu voir le bleu du ciel parsemé de nuages et de chimères ailées au vol imperturbable, il ne pouvait mourir dans un tel endroit, tant que sa carcasse devenue lourde à cet instant abritait une étincelle de vie, il ne pouvait flancher.

     L'animal leva la tête et, s'appuyant sur ses pattes avant gauche et arrière droite, rampait dans la neige, face aux bourrasques glaciales et frénétiques, quand un grand bruit de monstre retentit dans l'horizon brouillé. Une pluie de grêlons d'origine céleste vint alors s'abattre sur le sol humide et épais, transperçant les croûtes enneigées, molestant le corps affaibli de la bête, brisant sa patte arrière droite en épargnant de justesse l'avant gauche. Il restait ensuite immobile, ses paupières devenaient lourdes, il ne trouvait même plus la force de mouvoir sa mâchoire.
     L'espoir fut à peine éphémère, cet amas de poussière blanchâtre constituerait sûrement le tombeau de l'intrépide animal dans cet hiver macabre. Pourquoi lutter contre le courant quand on peut juste se laisser emporter ? Continuer d'avancer vers un rêve illusoire quand on peut à peine marcher ? Et puis, peut-être que la destination qu'il n'aurait pas choisie ne serait pas si mal que ça ? De toute façon il ne s'en sentait plus capable, de continuer, du moins, c'est ce qu'il vint à penser durant un court laps de temps.
     Il rouvrit ses paupières car les ténèbres le rendaient aveugle, leva la tête pour garder son objectif en vue, tendit sa patte pour tirer l'armature de sa chair. les conditions devinrent de plus en plus difficiles, de plus en plus draconiennes, mais dans l'effervescence de son désir impérissable, d'une ténacité sans pareille, il progressait lentement vers les extrémités du gigantesque nuage polaire et, il parvint enfin à les sentir, il les vit apparaître les fastueux rayons solaires, transperçant le brouillard, brûlant sa peau, étincelant dans le reflet de ses yeux, il y était arrivé.

     Au bout du calvaire, le corps affalé sur la nappe livide d'une colline rocheuse, la vue se révélait parfaite, au sommet, pour contempler l'aurore. Je me débarrassai de ma cape de fourrure aux nuances gris argenté. Mes jambes étaient brisées, mon bras droit en morceaux, mais j'avais gagné quelque chose de bien plus grand, un sourire sur le tissu de mes lèvres glacées. Puis, empli de fierté, j'attendais qu'Hypnos vienne enfin me chercher, oui, par ce sommeil persistant je me laissais enfin gagner, mes paupières pouvaient enfin se fermer.

Je distinguais => distinguai
quand j'eu => j'eus
sans précédente => sans précédent (c'est une expression toute faite, invariable)
c'était à quelle degré => quel
Je me débarrassais => débarrassai
grises argentées => gris argenté (on n'accorde pas les adjectifs de couleur composés)
en morceau => morceaux
 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 279
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: Loup Solitaire [P]   Jeu 13 Avr - 9:12

J'ai adorée ce texte qui nous pousse dans nos retranchements pour accomplir nos rêves. L'effet est d'autant plus poussé selon moi que je trouve en général que la tempête de neige est souvent synonyme de mort. Très beau texte encore hâte de te lire de nouveau !



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1322
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: Loup Solitaire [P]   Mar 18 Avr - 22:07

D'une manière générale, j'aime beaucoup ton style qui allie épique et poésie, un mélange assez rare, et je trouve que dans ce texte c'est particulièrement frappant !

J'aime cette emphase d'un événement finalement assez ordinaire (la mort d'un vieux loup) qui prend soudain des enjeux épiques et divins. L'ambiance est chouette et il y a de belles images très poétiques.

Oh, et super musique sinon Smile

 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loup Solitaire [P]   

 
 

Loup Solitaire [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Loup Solitaire
» LOUP SOLITAIRE 28 ET DEMI (PARODIE) !
» Loup Solitaire : Une collection compléte est un rêve ?
» Loup Solitaire / 0 : Premières Armes
» Cartes pour campagnes et scénarios LOUP SOLITAIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits longs :: Nouvelles (Longues)-