Zéphyr Embrasé
Bienvenue sur Zéphyr Embrasé ! Si tu es déjà membre n'oublie pas de te connecter ;-) .
Sinon n'hésite pas à t'inscrire sur ce forum de partage littéraire, ne serait-ce que pour donner ton avis sur les textes postés ici. Parce que, oui, nous voulons ton avis ! En bonus tu pourras profiter de la communauté délirante et/mais accueillante de ZE ^^.

Alors vite rejoins-nous ! (Non je te rassure nous ne sommes pas (encore) une secte)

AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un forum pour les jeunes écrivains à la recherche de soutien et les lecteurs avides de donner leurs avis. Venez partager votre passion des mots !
 

Partagez | 
 
 L'Autre Matteo [P]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eilift

avatar


Messages : 169
Date d'inscription : 01/09/2014
Age : 18
Localisation : Cloud of Unknowing
MessageSujet: L'Autre Matteo [P]   Dim 7 Mai - 16:21

Vous savez quoi ? Eh bien c'est difficile de se remettre à écrire. Alors dites-moi ce que vous en pensez parce que j'ai vraiment besoin d'aide là ;^; Déjà j'ai galéré pendant une heure devant mon traitement de texte pour essayer de me rappeler comment je faisais avant cette putain d'année de P1. Et puis voilà. Matteo a été inventé pendant un cours de psychiatrie alors bon, on verra bien D:



Il s'appelle Matteo.

Matteo il se souvient plus de grand chose. Sa mémoire épisodique, elle a disparu en fait, si vous voyez. Il sait qu’il est Matteo, mais à part ça ? Qu’est-ce que Matteo ? Il ne sait pas ce qu'il est ou ce qu’il sait faire. Peut-être que si on le mettait sur un skate, il arriverait à rouler ou peut-être qu’il tomberait. Et peut-être sait-il cuisiner ou parler anglais. Mais Matteo ne sait pas. Et il ne se souviendra  jamais comment, avec qui, pourquoi. Parce que Matteo a perdu une partie de lui, une partie de son âme comme le diraient certains. Mais non, Matteo n’a juste plus de souvenirs.

Mais Matteo est-il vraiment Matteo sans souvenirs ? Comment savoir où aller et à qui faire confiance ? Comment supporter ces larmes de proches (mais le sont-ils vraiment ?) dont il ne souvient plus ? Comment accepter des souvenirs qu’on lui conte mais qui lui semblent étrangers ? (ne le sont-ils pas ?) Comment être soi-même alors qu’il ne sait pas qui il était avant ? (a-t-il déjà été lui-même ?)

Matteo erre souvent en essayant de se rappeler ce qu’il sait et qu’il se décrit par : pas grand chose. Matteo ne sait plus si ce qu’il vit est un mensonge ou si c’est la réalité. Son cerveau lui crie que ces gens sont honnêtes mais son cœur hésite. Mais Matteo s’accroche. Parce que ce qu’on lui dit, même si c’est faux, c’est la seule chose qu’il a. Matteo a cette peur au ventre qui lui noue les tripes d’oublier encore. Même si cela ne sert à rien, si il oublie, il aura oublié qu’il avait peur et tout reprendra. Et pourquoi avoir peur d’oublier quelque chose de possiblement faux ? Matteo ne sait pas, mais il s’accroche à Matteo. Il n’a aucune certitude, alors il erre.

Les “Je ne t’ai jamais vu aussi désabusé”, “Tu souriais tout le temps”, “Tu adorais ça”, le hantent car il ne sait pas si c’est vrai. Il a peur de décevoir aussi. Est-il Matteo ou Matteo ? Peut-il redevenir Matteo ? A-t-il un jour cessé d’être Matteo ? Il ne sait pas. Il ne sait plus, en tout cas. Il ne se reconnaît pas quand il passe devant un miroir. Il a découvert que Matteo a quatorze grains de beauté sur le visage et six dans le cou. Matteo a des mains fines et des ongles longs. Matteo a des jambes interminables. Est-ce lui, ce Matteo ? Il ne se souvient plus.

Un jour, quelqu'un qui connaissait Matteo lui apporte un ordinateur et lui demande de s’asseoir et pendant des heures, il regarde Matteo sourire, danser, cuisiner, rire, dessiner, parler ; sans rien dire. Il a regardé pendant des heures ce Matteo bouger et respirer. Ce Matteo avec ses quatorze grains de beauté sur le visage et six dans le cou. Ce Matteo si vivant qui bougeait ses mains fines avec des ongles longs au rythme de ses paroles. Ce Matteo danser avec ses jambes interminables.

Est-il cette personne ? Est-il réellement Matteo ?

Il s’enfuit, s’enferme dans la salle de bain de Matteo. Il s’observe encore. S’il est vraiment Matteo, où sont passés ses sourires ? Où sont tous ces mots qui dévalaient sa bouche comme les paroles d’une chanson ? Où est passé Matteo ? Matteo a-t-il disparu ? Et il reste là, à chercher quelque chose qui n’existe plus et il a l’impression que sa tête est si vide. Ça le tue.

Mais Matteo ne sait pas.

Parce que peut-être que Matteo a disparu.

Mais Matteo n’a peut-être jamais existé.

Et il ne sait plus.

Comme le dirait certains => diraient
le hante => le hantent
quatorzes => quatorze (invariable)
quelque chose qu’il n’existe plus => qui n'existe plus
qui dévalaient de sa bouche => dévalaient sa bouche (dévaler est un verbe transitif, mais si tu préfères, tu peux dire "couler de", "découler de")
disparut => disparu


Dernière édition par Eilift le Lun 8 Mai - 22:29, édité 1 fois
 
Daivou

avatar


Masculin Messages : 268
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 19
Localisation : Dans une petite boite avec pour destinataire "Zéphyr Embrasé"
MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   Dim 7 Mai - 16:52

Woah j'ai adoré ce texte personnellement, je trouve que le fait de ne pas savoir si l'on est vraiment ce que l'on est trouble mais en même temps apporte une certaine nuance à Matteo. J'ai beaucoup aimé et bon retour sur ZE :3



La réalité n'est que la façon d'être et d'agir de chacun, dans un monde où 7 milliards de personnes peuvent faire ce qu'ils veulent on peut aisément dire que la vie est un jeu de merde.
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1286
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   Dim 7 Mai - 21:44

Bien, je vais essayer de développer un peu, parce que tu m'as manqué et que tu as l'air vraiment en détresse, même si mon temps est précieux, parce que je ne suis pas en vacances, MOI Wink

Déjà, félicitations, la P1 ne t'a pas empêché de maintenir un raisonnement philosophique sur ce qu'est un sujet, c'est tout à fait remarquable. L'ironie en moins, ce sont de vraies questions que les philosophes se posent, et c'est intéressant de poser ces questions à partir d'un cas particulier. D'ailleurs, le sujet est ce qui lie la vie biologique (que tu sembles étudier en médecine) et l'idée de soi (représentation philosophique, spéculative et idéelle). Donc j'apprécie ce texte qui est une réconciliation entre science et littérature, un peu comme ta personne :p

Cette dualité est également présente, évidemment, dans le personnage de Matteo. Est-ce que ce sont nos actes qui déterminent le moi ou le moi qui détermine nos actions ? Les questions posées sont complexes, mais posées simplement. C'est accessible à tout le monde, mais ce n'est pas non plus simpliste.

J'ai particulièrement apprécié le passage suivant :

Eilift a écrit:
Comment supporter ces larmes de proches (mais le sont-ils vraiment ?) dont il ne souvient plus ? Comment accepter des souvenirs qu’on lui conte mais qui lui semblent étrangers ? (ne le sont-ils pas ?) Comment être soi-même alors qu’il ne sait pas qui il était avant ? (a-t-il déjà été lui-même ?)

En effet, on peut voir formellement, grâce aux parenthèses, à la fois la dualité du raisonnement et la dualité des Matteo. Les premières questions concernent l'être "empirique" Matteo, qui est présent effectivement. Les questions entre parenthèses concernent ce Matteo qu'il aurait pu être, mais ont également pour fonction d'élargir, à mon sens, la réflexion vers une portée plus générale. Elles sont plus impersonnelles, ce ne sont pas des situations concrètes (larmes, proches, souvenirs) mais une prise de distance avec la réalité (accentuée par les négations, les tournures impersonnelles comme "ne le sont-ils pas ?", ainsi que des mots comme "étrangers"), ce qui fait réfléchir à l'idée de soi. La brièveté de ces questions entre parenthèses fait également qu'elles ressemblent à des sujets de dissertation (#peutondélimiterl'humain). Ça peut sembler bête, mais c'est vrai, ce sont des questions courtes, plus percutantes, qui ne sont pas des questions que l'on se pose tous les jours, mais qui, paradoxalement, sont des questions que tout le monde PEUT se poser, au contraire des questions particulières qui concernent Matteo uniquement.

Et bien sûr, la dualité entre les deux Matteo est l'occasion d'un jeu littéraire très intéressant. Je pense à des phrases comme :

Eilift a écrit:
Est-il Matteo ou Matteo ?

ou

Eilift a écrit:
Il s’enfuit, s’enferme dans la salle de bain de Matteo.
.

La première, en prenant la forme d'une tautologie, invite en fait à réfléchir sur le fait que non, Matteo, ce n'est pas Matteo. Ce raisonnement mathématique A=A est usurpé, de sorte que la littérature parvient à renverser l'évidence mathématique, ce qui n'est pas peu jouissif.
La seconde produit un effet de dédoublement, parce qu'on ne sait plus qui est "il". C'est à la fois Matteo et un autre que Matteo, puisque la salle de bain de Matteo n'est pas la sienne. C'est là que je trouve qu'il y a de la recherche dans ton écriture. Tu aurais écrit : "Il s'enfuit, s'enferme dans la/sa salle de bain", cette phrase ne retenait pas l'attention. Or, c'est l'une des plus fortes du textes, dissimulée derrière une forme apparemment banale, et qui d'ailleurs n'a de sens que dans le contexte précédemment construit.

Et j'ai failli oublier le titre : "L'Autre Matteo", qui contient finalement toutes ces questions d'ordre philosophique, mais de façon brève et percutante.

J'apprécie également cette mise en contexte de phrases entendues partout :

Eilift a écrit:
Les “Je ne t’ai jamais vu aussi désabusé”, “Tu souriais tout le temps”, “Tu adorais ça”

C'est une très belle manière de relier étude de cas avec généralité.

Autre aspect très positif de ce texte : tu ne t'en es peut-être pas aperçu, mais c'est très doux à lire, ça coule bien. Par exemple :

Eilift a écrit:
Matteo a-t-il disparu ? Et il reste là, à chercher quelque chose qui n’existe plus et il a l’impression que sa tête est si vide. Ça le tue.


Jolie assonance, avec un intervalle plutôt long, mais assez court pour qu'elle résonne dans la tête. Je trouve que ton style a globalement gagné en maturité, c'est beaucoup plus épuré que ce que tu faisais avant.

Bref, j'ai vraiment aimé, et c'est un beau retour à l'écriture. Si je devais modifier des choses, ça concernerait cette phrase :

Eilift a écrit:
Sa mémoire épisodique, elle a disparu en fait, si vous voyez.

Je ne pense pas que ce "si vous voyez" est pertinent, parce qu'il est comme une rupture dans l'écriture que je trouve assez discordante et qui, de plus, n'ajoute rien de plus à la situation d'énonciation. Je le prouve grâce à la phrase suivante :

Eilift a écrit:
Il sait qu’il est Matteo, mais à part ça ?

Il s'agit d'une question, ce qui implique qu'il y a forcément un locuteur et un destinataire. Aucun des deux n'est Matteo, puisqu'on parle de lui à la troisième personne. On peut alors interpréter de deux manières cette phrase : soit il s'agit d'une pensée directe libre de Matteo, soit d'une question posée par l'instance narrative au lecteur. Je trouve que cette ambiguïté ajoute de l'intérêt à cette phrase, là où le "si vous voyez" est trop directif. Parce que cette question "à part ça ?" ne trouve pas de réponse, peut-être parce que nous, lecteurs, n'avons pas répondu, n'avons pas vu. Les deux phrases ont donc, en définitive, la même fonction, mais je préfère la deuxième manière, plus élégante parce que légèrement dissimulée. Tout ça pour enlever trois mots :')

Ensuite, dans cette phrase :

Eilift a écrit:
Un jour, une personne qui connaissait Matteo lui apporte un ordinateur et lui demande de s’asseoir et pendant des heures, il regarde Matteo

la grammaire voudrait que l'on accorde en genre "ELLE regarde Matteo", pour "la personne". Je te suggère toutefois de remplacer "une personne" par "quelqu'un", parce que sans transition le "Est-il cette personne ?" permet de relier le "il" qui regarde à Matteo, justement par la fonction du regard, puisque dans la salle de bain Matteo se regarde lui-même. On se demande alors si la personne qui a apporté l'ordinateur est réellement autre.

Enfin, je voudrais revenir sur ta conclusion :

Eilift a écrit:
Mais Matteo ne sait pas.

Parce que peut-être que Matteo a disparu.

Mais Matteo n’a peut-être jamais existé.

Et il ne sait plus.

Ma première réaction a été que je trouvais la fin un peu faible. "Il ne sait plus" / "Je ne sais plus", c'est une conclusion un peu facile qu'utilisent souvent les adolescentes perdues dans leurs première fanfics Wink Mais finalement, c'est intéressant. Parce que depuis le début Matteo n'est qu'un personnage fictif, donc évidemment il n'a jamais existé, et s'apprête effectivement à disparaître, puisqu'il n'est rien une fois que le lecteur a terminé la lecture du texte. Et cette série d'oppositions avec des connecteurs en début de phrase (parce que, mais, et), donne une impression brouillonne, confuse, mais au sens positif du terme, puisque cela sert le fond. Dans ce cas, pouvait-il y avoir meilleure marqueur d'incertitude que "Et il ne sait plus." comme phrase finale ? Et d'ailleurs, ce point si catégorique et tranchant n'est-il pas d'une force plus implacable qu'il ne semble au premier abord ?
Pour toutes ces raisons, en définitive, j'aime cette fin.

Donc voilà, un beau texte, intéressant, j'adore, n'oublie pas de lire beaucoup (surtout des fanfics) parce que c'est ça qui te remettra en tête la musique des mots et la beauté des images, qui seront tes alliées les plus précieuses pour écrire ~



 
Tout ce que j'écris
Est vain, ridicule et insignifiant.
Vain comme mon amour,
Ridicule comme mon ambition
Insignifiant comme mon existence.
 
Eilift

avatar


Messages : 169
Date d'inscription : 01/09/2014
Age : 18
Localisation : Cloud of Unknowing
MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   Lun 8 Mai - 22:28

Daivou > Heyyy, merci beaucoup d'avoir lu et donné ton avis, c'est trop cool :3


Rimi > Putain, Rimi, le commentaire de texte, c'est plus habituel pour moi là xD J'ai l'impression que ton comm' est plus long que mon texte !
Tu sais que j'ai eu des cours de philo et d'histoire en P1 ? Je dis ça juste en passant xD (J'adore les sciences et la littérature, pourquoi choisir ? x)) Trop d'amour en toi sinon Razz

En fait, cette année, nous avons eu des cours de psychiatrie/neurologie avec un professeur très cool et ce professeur nous a donc fait des cours sur le cerveau et la mémoire. Nous avons eu des exemples de patients atteints de différents troubles de la mémoire. A part pour celle épisodique, donc je me suis posée beaucoup de questions dont faisait partie cette dualité qui touche Matteo. Et comme tu le dis, pour essayer de comprendre, Matteo est obligé de prendre une certaine distance pour réfléchir à ce qui lui arrive. Pour moi, il ne peut pas juste accepter ce qu’on lui dit, il doit y réfléchir pour trouver une possible faille, tu vois ? Il fallait qu’il soit impersonnel et donc percutant (comme les questions). Ça peut sembler affreux qu’il regarde ses proches sans chercher à les comprendre mais pour lui ce sont de parfaits inconnus (et maman m’a toujours dit de ne pas faire confiance aux inconnus °^°)

Pour moi, il y avait deux Matteo. Le Matteo d’avant, celui avec ses souvenirs et le Matteo d’après, celui qui ne sait pas qui il est. Il n’est plus la même personne pour lui, puisqu’il ne sait pas comment il était avant (et je n’aime pas les maths, on le sait x)). Oui, donc, le “il” s’est imposé, parce que c’est comme ça qu’il se voit. Et pour la salle de bain de Matteo, je me suis posée la question en écrivant la phrase, parce que vu qu’il n’est plus Matteo, cette salle de bain est-elle vraiment la sienne ? Alors, non, j’ai décidé que c’était celle de Matteo. Je suis contente que tu aies remarqué la phrase parce que je me suis vraiment demandée si ça apportait quelque chose ou non, et si ça n’allait pas trop alourdir le texte :3 De même pour le texte, je voulais l’appeler Matteo au début mais pour la même raison, j’ai pris un peu plus de temps pour y réfléchir.

Pour les phrases rapportées, j’ai juste voulu montrer que des phrases toutes simples que l’on peut entendre dans n’importe quel contexte pouvaient vraiment être presque violentes dans certains cas (le pouvoir des mots, toussa toussa).

… Je n’ai absolument pas remarqué l’assonance xD Et mon style a gagné en maturité ? J’avais presque l’impression d’avoir régressé dans l’écriture mais comme ça fait longtemps… Merci :’)

Passons aux critiques /o/ (ouais, je suis maso) Le “si vous voyez” était là parce que la mémoire épisodique est pour moi un terme scientifique et je ne sais pas si tout le monde sait ce que c’est. C’était plus un truc que Matteo aurait pu apprendre au cours d’un dialogue avec un médecin pour moi et pas trop connu par tout le monde. C’est à ça que servait le “à part ça” derrière. Pour indiquer à quoi cela correspondait. Mais je comprends totalement et je pense que je vais l’enlever (ou pas, je sais pas, vu que je préfère retrouver mes erreurs quand je vais relire mes textes pour ne pas les refaire mais bref).

… Je pense que je vais vraiment remplacer le “une personne” par “quelqu’un” parce que j’aime beaucoup trop ton analyse *^*  

Je ne te cache pas que je ne savais absolument pas comment conclure ce texte xD ET PEUT-ÊTRE QUE JE SUIS UNE ADOLESCENTE PERDUE ET QUE CECI EST UNE FANFIC ET/PAN/ Yeah, plein d’incertitudes partout /o/

Merci encore une fois pour ton commentaire, il fait très très plaisir et t’inquiète, je vais beaucoup lire et beaucoup m’ennuyer et puis beaucoup écrire et essayer de faire fonctionner mon imagination qui est un peu rouillée actuellement. J’espère que tu me feras des commentaires aussi cool à chaque fois ! (ceci est de l’ironie, je répète, ceci est de l’ironie. Surtout que certaines personnes ne sont pas encore en vacances et doivent travailler Very Happy)

C’était super cool de ta part en tout cas ~
 
Meredith Epiolari

avatar

Reine de l'Impro
Féminin Messages : 1286
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 19
Localisation : Between the peanuts and the cage
MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   Mer 17 Mai - 15:50

J'avais dit que je te répondrais, alors je le fais pour la forme, mais en fait j'ai rien à ajouter à part que je t'encourage vivement à lire des fanfics et que je suis contente que mon commentaire t'ait plu, je n'hésiterai pas à en écrire d'autres de la même longueur/qualité quand tu posteras un autre texte et que la prof d'anglais décidera de se calmer Wink



 
Tout ce que j'écris
Est vain, ridicule et insignifiant.
Vain comme mon amour,
Ridicule comme mon ambition
Insignifiant comme mon existence.
 
Daemoon

avatar


Féminin Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 20
MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   Dim 23 Juil - 19:57

C'est ce genre d'écrits qui me donne envie d'en lire toujours davantage sur ce forum
Je suis bluffée par la réalité de tes mots, j'en arrive moi-même à me poser ces mêmes questions alors que ça ne m'avait pas forcément traversé l'esprit.

Je me contenterai de dire cela, je crois qu'Epi en a déjà dit beaucoup :p
En tout cas bravo, j'adore !
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Autre Matteo [P]   

 
 

L'Autre Matteo [P]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [REQUETE] Lecteur de flux RSS autre que RSS Hub ?
» Réserve de figurines (zombies, squelettes, ou autre..)
» Bourgeon Naissant?? les autre nom c'est quoi
» Autre temps, autre moeurs...
» question/ un "autre" decodeur sur le reseau Naxoo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zéphyr Embrasé :: Vos oeuvres originales :: Écrits courts :: Ecrits fictifs (courts) :: Autres Nouvelles-